(Québec) Le gouvernement Legault abandonnera complètement l’utilisation du passeport vaccinal à compter du 14 mars. Dès demain, il ne sera plus nécessaire de montrer sa preuve vaccinale pour entrer dans les magasins à grande surface, à la SAQ et SQDC. Le port du masque est maintenu pour l’instant.

Mis à jour le 15 février
Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

Les Québécois n’auront plus à montrer leur passeport vaccinal pour entrer dans les restaurants, les bars et les gyms, notamment. À compter du 14 mars, la mesure sera levée totalement au Québec, a annoncé mardi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Ceci vaut aussi pour les résidences privées pour aînés, les CHSLD et les ressources intermédiaires.

« Le passeport vaccinal a servi nos objectifs », a tranché le ministre Dubé en conférence de presse, mardi. Selon le directeur national de santé publique par intérim, le DLuc Boileau, les indicateurs actuels, comme le nombre d’hospitalisations et la transmission du virus, montrent « une marge de manœuvre » suffisante pour laisser tomber le passeport vaccinal.

Le DBoileau a beaucoup insisté sur la différence entre Omicron – plus contagieux, mais moins virulent – et les variants précédents de la COVID-19. Il y a un avant et un après Omicron, a-t-il assuré.

Québec déploie donc un plan de retrait progressif de la preuve vaccinale : dès demain, il ne sera plus requis pour entrer à la SAQ, à la SQDC et dans les magasins à grande surface. À compter du 21 février, le passeport vaccinal ne sera plus exigé dans les lieux de culte. Il sera levé complètement dès le 14 mars.

Les autorités québécoises affirment que le passeport vaccinal a contribué à la lutte contre la pandémie. Au moins 600 000 Québécois ont notamment retroussé leur manche pour recevoir une première dose de vaccin au moment de l’entrée en vigueur du passeport, au 1er septembre dernier. Selon le ministre Dubé, il aura aussi permis de « protéger les non-vaccinés » en limitant leurs contacts et préserver le réseau de la santé.

Christian Dubé, qui affirmait il y a une semaine que le passeport vaccinal était « là pour rester », se défend de revenir sur sa décision. La preuve vaccinale est toujours nécessaire pour voyager à l’étranger. Québec pourrait aussi le faire réapparaître devant une nouvelle vague du virus. Le ministre suggère aux Québécois de garder leur passeport vaccinal à jour en allant chercher la dose de rappel au moment opportun.

Au sujet du port du masque obligatoire, aucun changement n’est prévu d’ici le 14 mars. « La situation épidémiologique ne nous permet pas de retirer le masque à ce stade-ci », a fait valoir le DBoileau, rappelant qu’il s’agit d’une mesure de protection efficace.

Québec avait élargi l’utilisation du passeport vaccinal à la SAQ et à la SQDC à la mi-janvier, puis aux grandes surfaces. Le gouvernement Legault promettait de l’exiger à davantage d’endroits, comme dans les salons de coiffure et salons d’esthétique, mais cette mesure ne s’est jamais concrétisée.

Le premier ministre François Legault a affirmé lundi souhaiter l’abandon « de toutes les mesures [sanitaires] le plus vite possible », ce qui inclut le passeport vaccinal. M. Legault a indiqué que son objectif est « d’avoir un calendrier » clair en vue de la levée du passeport vaccinal au Québec.

Vendredi, le ministre de la Santé évoquait que l’utilisation du passeport vaccinal pourrait être suspendue et réapparaître devant une sixième vague de la pandémie. C’est un changement de ton pour le gouvernement Legault alors qu’il y a une semaine encore, M. Dubé martelait que le passeport était « là pour rester ».

L’Ontario a annoncé que le passeport vaccinal sera levé dès le 1er mars. Les commerces qui le désirent pourront néanmoins continuer de l’exiger, a annoncé lundi le premier ministre, Doug Ford.

Relisez notre couverture en direct

Les faits

Suivez l’événement en direct