Gyms et spas se sont réjouis mardi de leur réouverture prochaine, estimant avoir été écoutés par le gouvernement.

Publié le 2 février
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

« On est vraiment contents. On se doutait qu’on allait être les prochains, mais tant qu’il n’y a pas de date officielle, on reste toujours dans le doute », dit Amandine Perrotte, propriétaire du Crossfit Minotaure à Sainte-Julie.

Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience la réouverture des gyms et des établissements de spa, et la pression se faisait de plus en plus forte sur le gouvernement Legault.

« On est très contents de voir que toutes nos demandes ont porté leurs fruits. On sait qu’on a été entendus », dit Gabriel Hardy, kinésiologue, propriétaire du gymnase Le Chalet et leader provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique.

Le Conseil avait demandé au gouvernement du Québec de la prévisibilité, ce qu’il a obtenu. Les gyms n’ouvriront que le 14 février.

On est très heureux. Ça va nous donner deux semaines pour tout remettre en place et recommencer le service.

Gabriel Hardy, propriétaire du gymnase Le Chalet, à Québec

Lors de la fermeture du 20 décembre dernier, les propriétaires avaient été avisés quelques heures à l’avance seulement. « La conférence avait eu lieu à 13 h l’après-midi et on nous annonçait qu’on fermait à 17 h le soir même. C’était vraiment inattendu », se remémore Georges Valade, propriétaire du Gym du Plateau et du Gym St-Henri.

Les spas se réjouissent eux aussi

L’Association québécoise des spas (AQS) se réjouit aussi de cette réouverture. « C’est un grand soulagement. Nous sommes très contents d’avoir enfin une date de réouverture », dit la présidente et directrice générale de l’Association québécoise des spas, Véronyque Tremblay.

On peut commencer à rappeler nos employés et notre personnel. Je pense que l’ensemble des propriétaires des établissements de spa sont bien contents de cette nouvelle.

Véronyque Tremblay, présidente et directrice générale de l’Association québécoise des spas

L’Association s’est dite heureuse que sa voix ait été entendue. « Depuis le début de la pandémie, on se sent toujours un peu oubliés. On est toujours parmi les premiers à être fermés et les derniers à rouvrir », indique Mme Tremblay. Mardi, elle a eu l’impression que le gouvernement avait enfin compris la nature de leurs activités.

Elle se réjouit que les établissements de spa puissent rouvrir pour la Saint-Valentin, qui représente une partie importante de la haute saison hivernale pour l’industrie. « On souhaite que les amoureux s’offrent des cartes cadeaux ou viennent visiter les spas dans les prochaines semaines », dit-elle.

Clientèle au rendez-vous ?

Malgré la fermeture des spas et des saunas, les soins personnels étaient toujours permis au sein des établissements. « Par contre, le chiffre d’affaires avait diminué de beaucoup, parce que la clientèle souhaite profiter de l’expérience complète, dont les bains à l’extérieur », indique Mme Tremblay.

Elle s’attend à ce que la clientèle soit au rendez-vous le 14 février. « Les clients étaient tellement nombreux à avoir hâte de retourner dans nos installations », dit-elle.

Les propriétaires de gym craignent toutefois que certains de leurs clients et de leurs employés ne soient pas de retour. « Il y a plusieurs entraîneurs qui ont changé d’emploi ou qui ont choisi de travailler plus d’heures pour un autre emploi », dit Mme Perrotte.

« On a des industries qui sont passablement amochées, qui ont perdu énormément d’argent, énormément de professionnels et énormément de clients dans les deux dernières années », renchérit M. Hardy. Selon lui, le défi des prochaines semaines sera de regagner la confiance de la clientèle et des professionnels.