Devant la baisse des hospitalisations qu’il espère voir s’accélérer, le gouvernement Legault autorise « quelques petits assouplissements ». Les salles à manger des restaurants pourront rouvrir sous certaines conditions dès le 31 janvier, et les Québécois pourront se rassembler à quatre personnes ou deux bulles. Les sports civils et parascolaires réservés aux jeunes reprendront aussi lundi, tandis que les salles de spectacle et les cinémas redémarreront le 7 février.

Mis à jour le 25 janvier
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Je vous disais la semaine passée qu’on voyait la lumière au bout du tunnel. Je pense qu’on peut dire aujourd’hui qu’on est sortis du tunnel », a expliqué mardi le premier ministre, en avouant que les hospitalisations « ne baissent pas vite » à son goût.

M. Legault dit avoir tenu une rencontre avec la Santé publique lundi soir. « Ce que nous disent les experts, c’est qu’il devrait y avoir une petite baisse des hospitalisations dans les prochaines semaines, mais l’intervalle de confiance est très large. Est-ce que ça va être petit, ça va se stabiliser, il y va y avoir une forte baisse ? Il y a beaucoup d’incertitude », a-t-il avancé.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a rappelé que l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESS) prévoit l’atteinte de 2500 hospitalisations d’ici deux semaines. « C’est déjà très encourageant », a-t-il dit. Selon lui, plusieurs éléments, dont la vaccination et la disponibilité d’antiviraux, permettent d’annoncer ces assouplissements. « On a une certaine stabilité au niveau des ressources humaines », a-t-il aussi jugé, en confirmant que 12 000 employés sont toujours absents dans le réseau.

Dès lundi, les Québécois pourront se rassembler dans une résidence, avec un maximum de quatre personnes ou deux bulles. Le même principe s’appliquera dans les salles à manger des restaurants ou encore les cafétérias des chalets de ski : celles-ci pourront rouvrir à 50 % de leur capacité, avec un maximum de deux bulles par table. Le Biodôme, les aquariums, le Jardin botanique ou encore le Planétarium pourront aussi rouvrir ce lundi, avec 50 % de capacité. Aucun changement pour le télétravail toutefois.

On annonce ce qu’on est capables d’annoncer. À un moment donné, il faut être responsables et humbles. Comme on dit en Québécois, il faut y aller mollo.

François Legault, premier ministre du Québec

De l’air pour les jeunes

Parce que les jeunes « ont fait beaucoup de sacrifices », les sports parascolaires et civils réservés aux 18 ans et moins pourront reprendre lundi, avec un maximum de 25 personnes et des vestiaires à 50 % de capacité. Si les compétitions ne seront pas tolérées, la levée concerne toutefois aussi les entraînements pour les sports au collégial et universitaire, a précisé le directeur national de santé publique par intérim, le DLuc Boileau.

Dans les CHSLD, il sera possible d’avoir jusqu’à un maximum de deux proche-aidants, un à la fois. Pour les résidences privées pour aînés (RPA), ce chiffre pourra monter à quatre proche-aidants, deux à la fois. François Legault a aussi rappelé à l’ordre les propriétaires de résidences où le nombre de personnes qui mangent ensemble est plus limité que les consignes en vigueur. Quatre personnes ont le droit de manger ensemble dans ces salles à manger.

Le 7 février, la « deuxième phase » du déconfinement s’entamera avec la réouverture des salles de spectacle, des cinémas et des amphithéâtres, avec 50 % de leur capacité jusqu’à un maximum de 500 personnes à l’intérieur, et 1000 à l’extérieur. Ce jour-là, les lieux de culte pourront accueillir 250 personnes. Une exception « humanitaire » sera faite pour les salons funéraires, où le maximum sera de 50 personnes, mais sans l’obligation du passeport vaccinal.

« Je sais qu’il y a des activités qui ne sont pas mentionnées. On est au courant. Je pense aux sports pour adultes, aux gyms, aux spas, mais pour l’instant, la Santé publique nous dit que ça viendra dans une troisième étape », a résumé M. Legault.

Le DBoileau, lui, a affirmé que le Québec peut « profiter de cette occasion » pour entamer une sortie de crise. « Il y aura des mécanismes pour capter d’une façon plus complète les cas à la maison », a-t-il évoqué, en rappelant qu’une plateforme d’autodéclaration des cas de COVID-19 a été mise en ligne mardi.

M. Boileau a aussi révélé que la Santé publique tiendra prochainement des points de presse séparés du gouvernement, sur une base occasionnelle. « L’idée d’avoir des points de presse séparés, pour bien expliquer les choses et les points de vue qui émergent de la direction nationale, elle est retenue, a-t-il promis. Ça va se passer dans les prochains jours. » Au cabinet du premier ministre, on réitère néanmoins que d’avoir des points de presse avec la Santé publique et le gouvernement « a ses avantages ».

François Legault a enfin insisté sur la « refondation » du réseau de la santé, un train « magané » depuis trop d’années. « On veut augmenter la capacité hospitalière. Cette refondation va devoir se faire autour du personnel », a-t-il dit, en promettant un plan en février prochain à cet effet. « Ce qui est important, c’est de valoriser le jugement, l’initiative, l’autonomie de chaque personne qui travaille dans le réseau », a insisté le premier ministre, en disant aussi vouloir miser sur des « formations accélérées » pour les infirmières, dont le temps de diplomation varie entre trois et cinq ans. « On n’arrivera pas à augmenter la capacité du jour au lendemain. En attendant, on n’a pas le choix d’être responsables. »

(Re)lisez notre couverture en direct

Les faits

Suivez l’événement en direct