Pendant que le Québec retarde le relâchement des mesures pour lutter contre le variant Omicron, les assouplissements ont commencé à se multiplier ailleurs au Canada et en Europe.

Publié le 21 janvier
Suzanne Colpron
Suzanne Colpron La Presse

En Ontario

Dans la province voisine, le premier ministre, Doug Ford, a annoncé jeudi un plan de déconfinement progressif. À compter du 31 janvier, la taille des rassemblements privés passera de 5 à 10 personnes à l’intérieur et de 10 à 25 à l’extérieur. Les salles à manger des restaurants, les bars, les musées, les centres de conditionnement physique, les cinémas et les zoos pourront aussi rouvrir à 50 % de leur capacité. Quant aux stades et aux salles de spectacle, ils pourront accueillir un maximum de 500 personnes, en fonction de leur taille. L’objectif du gouvernement ontarien est de lever toutes les règles imposées pour lutter contre Omicron le 14 mars.

« Le pire est derrière nous », a assuré M. Ford, en point de presse. « Bien que nous puissions être confiants quant au chemin parcouru, je veux être clair : nous ne sommes pas encore tirés d’affaire. Les semaines à venir continueront de poser de réels défis, en particulier à nos hôpitaux. »

PHOTO NATHAN DENETTE, LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre Doug Ford

La deuxième étape du plan aura lieu le 21 février, si tout va bien : les rassemblements privés passeront à 25 personnes à l’intérieur et à 100 à l’extérieur, les limites de capacité seront abolies dans les établissements où le passeport vaccinal est exigé, et les salles de spectacle et les stades pourront ouvrir à 50 % de leur capacité, sans maximum.

Le 14 mars, dernière étape du plan, les limites de capacité seront abolies dans les lieux publics intérieurs, et les réunions privées intérieures passeront à 50 personnes. Il n’y aura plus de limites pour les rassemblements extérieurs.

En France

La France lâche aussi du lest face à Omicron. Le premier ministre, Jean Castex, a annoncé jeudi l’entrée en vigueur du « pass vaccinal » pour les Français de 16 ans et plus. Ce « pass » remplacera l’actuel « pass sanitaire » et sera exigé pour accéder aux activités de loisirs, aux restaurants et aux bars, aux foires, aux séminaires professionnels et aux transports publics interrégionaux.

PHOTO JULIEN DE ROSA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le premier ministre Jean Castex et le ministre de la Santé, Olivier Véran, en conférence de presse jeudi

Le 2 février, le gouvernement mettra fin au télétravail obligatoire et au port du masque à l’extérieur. Ce sera aussi la fin des limites de capacité dans les stades et les autres établissements accueillant un public. Le 16 février, les discothèques pourront rouvrir, et les concerts debout seront de nouveau autorisés. De plus, il sera possible de consommer debout dans les bars. « La France a une très grande capacité hospitalière », explique Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. « Les Français ne sont pas rendus à un niveau 5 de délestage comme ici. Ils ont beaucoup plus de marge de manœuvre sur le plan hospitalier. »

Au Royaume-Uni

Le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a pris les devants en annonçant mercredi un allègement draconien des mesures dès la semaine prochaine et la fin de l’isolement pour les cas positifs, au plus tard le 24 mars.

PHOTO JESSICA TAYLOR, VIA REUTERS

Le premier ministre Boris Johnson

À partir du 27 janvier, le port du masque ne sera plus obligatoire, le télétravail ne sera plus recommandé et un passeport sanitaire ne sera plus imposé pour entrer dans les boîtes de nuit ou pour assister à certains grands rassemblements. « Alors que la COVID devient endémique, nous devons remplacer les obligations légales par des conseils et des recommandations », a déclaré Boris Johnson. Les gouvernements écossais et gallois ont aussi annoncé la levée de la plupart des mesures sanitaires liées à la pandémie, après une forte baisse du nombre de nouveaux cas.

Ailleurs

En Suisse, les personnes vaccinées ou guéries de la COVID-19 n’auront plus à présenter un test de dépistage négatif pour entrer dans le pays. Les autres mesures, dont le télétravail obligatoire, resteront toutefois en place jusqu’à la fin de février, compte tenu de la situation hospitalière.

En Espagne, le couvre-feu imposé dans la nuit du 23 au 24 décembre en Catalogne sera levé ce vendredi dans les rues de Barcelone et des villes de plus de 10 000 habitants de cette région. Mais les restaurants et les bars continueront à fonctionner à 50 % de leur capacité. Les boîtes de nuit resteront fermées, et les réunions privées de plus de 10 personnes seront toujours interdites.

En Thaïlande, les voyageurs n’auront plus à s’isoler à partir du 1er février. Le pays avait rétabli la quarantaine obligatoire à la fin de décembre pour tenter de freiner la propagation des cas.

L’Autriche, quant à elle, a adopté jeudi une loi sur la vaccination obligatoire anti-COVID. Ce pays est le premier de l’Union européenne à prendre une telle mesure pour sortir de la crise sanitaire. La vaccination sera obligatoire pour tous les adultes autrichiens à partir du 4 février.

Avec La Presse Canadienne et l’Agence France-Presse