(La Haye) Des études sur des femmes enceintes ont révélé que les deux vaccins anti-COVID-19 les plus largement utilisés, fabriqués avec la technologie à ARN messager, ne présentent aucun risque pour les mères ou les bébés, a déclaré mardi l’Agence européenne des médicaments (EMA).  

Mis à jour le 18 janvier
Agence France-Presse

Des recherches portant sur quelque 65 000 femmes ont montré des « preuves de plus en plus nombreuses » que les injections des vaccins Pfizer et Moderna n’ont pas causé de complications pendant la grossesse, a affirmé le régulateur européen.  

Les vaccinations ont également fourni une protection accrue contre les hospitalisations et les décès, en particulier en fin de grossesse, a souligné l’EMA.  

PHOTO DADO RUVIC, ARCHIVES REUTERS

Les vaccinations ont également fourni une protection accrue contre les hospitalisations et les décès, en particulier en fin de grossesse, a souligné l’Agence européenne des médicaments.

L’examen n’a identifié aucun signe d’un risque accru de complications pendant la grossesse, de fausses couches, de naissances prématurées ou d’effets indésirables chez les bébés à naître après la vaccination par vaccin anti-COVID-19 ARNm.

Extrait d'un communiqué de l’Agence européenne des médicaments.

Pfizer et Moderna utilisent tous deux la nouvelle technologie à ARN messager.  

Le régulateur européen, dont le siège se situe à Amsterdam, a déclaré avoir effectué un « examen approfondi de plusieurs études » portant sur environ 65 000 grossesses à différents stades.

« L’examen […] suggère que les avantages des vaccins anti-COVID-19 à ARNm pendant la grossesse l’emportent sur tous les risques possibles pour les femmes enceintes et les bébés à naître », a souligné l’EMA.  

La grossesse elle-même avait été associée à un risque plus élevé de développer une forme sévère de la maladie au cours des deuxième et troisième trimestres, de sorte que les futures mères devraient se faire vacciner, a-t-il ajouté.  

L’EMA a déclaré qu’elle examinerait désormais les données des autres vaccins qu’elle a autorisés « au fur et à mesure qu’elles seront disponibles ».