(Toronto) Le gouvernement de l’Ontario est la cible de critiques en raison du flou qui persiste au sujet du retour en classe prévu la semaine prochaine en pleine flambée record de cas de COVID-19.

Mis à jour le 29 déc. 2021
La Presse Canadienne

Le premier ministre Doug Ford a déclaré qu’une annonce serait faite dans les prochains jours afin de confirmer si les élèves retourneront en classe lundi alors que le variant Omicron met la santé publique sous pression.

La cheffe de l’opposition néo-démocrate, Andrea Horwath, croit que le gouvernement aurait dû profiter du congé des fêtes pour rendre les écoles plus sécuritaires en adoptant des stratégies de tests de dépistage réguliers, en fournissant de meilleurs masques et en améliorant la ventilation.

Selon elle, il est « ridicule » que les familles soient toujours dans l’incertitude concernant un retour en classe prévu dans quelques jours.

De son côté, le chef libéral Steven Del Duca soutient que le gouvernement n’a pas pris assez de mesures pour rendre les écoles plus sécuritaires après les avoir maintenues fermées pendant un long moment en début de pandémie.

Une porte-parole du ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a réagi en disant que le gouvernement était dévoué à protéger les élèves, le personnel et les familles, mais elle n’a pas précisé à quel moment la décision sur le retour en classe sera annoncée.

Record de nouveaux cas

Pendant ce temps, l’Ontario a signalé mercredi 10 436 nouveaux cas de COVID-19 et 3 décès supplémentaires dus au virus.

Le décompte quotidien des infections a battu le record établi le jour de Noël, qui était de 10 412 cas.

Les données provinciales montrent que 190 personnes sont actuellement aux soins intensifs en raison de la maladie, dont 104 personnes sous ventilateurs.

Au total, la province compte 726 hospitalisations.

Un site internet du gouvernement indique que 10 % des hôpitaux ne soumettent pas de données quotidiennes et que le nombre de patients hospitalisés devrait augmenter.

Ce sont 81 % de tous les résidents âgés de cinq ans et plus qui ont reçu deux doses d’un vaccin contre la COVID-19 et 86 % qui ont reçu au moins une injection.