Le Canada a enregistré son 30 000e décès causé par la COVID-19 depuis le début de la pandémie au début de 2020, dépassant un sombre jalon juste au moment où le pays se prépare aux retombées potentielles d’une flambée d’infections provoquée par le variant Omicron.

Publié le 16 déc. 2021
Melissa Couto Zuber La Presse Canadienne

L’Ontario a signalé neuf autres décès causés par la COVID-19 jeudi matin, portant le total du Canada à un peu plus de 30 000 alors qu’Ottawa et certaines provinces ont resserré les mesures de santé publique pour conjurer les menaces posées par un virus plus transmissible.

Il a fallu neuf mois au Canada pour atteindre 10 000 décès causés par la COVID-19 en novembre dernier, mais le bilan a doublé pour atteindre 20 000 seulement deux mois plus tard en janvier 2021 – un bond qui s’est produit avant que suffisamment de vaccins aient été administrés pour avoir un impact. Le pays a dépassé les 25 000 décès causés par la COVID-19 en mai.

Depuis lors, des experts affirment que les vaccins ont considérablement réduit le nombre de personnes mourant quotidiennement du virus, certaines estimations suggérant entre 75 et 90 % de décès en moins dans chaque groupe d’âge, par rapport à ce qui serait normalement attendu.

L’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, a déclaré que l’arrivée des vaccins il y a un an – le Canada a administré ses premiers vaccins le 14 décembre 2020 – a entraîné un « changement radical » dans l’épidémiologie de la COVID-19 du pays, avec une baisse particulière des taux de mortalité.

La Dre Tara Moriarty, chercheuse à l’Université de Toronto, estime que les vaccins « ont probablement sauvé plus de 476 000 vies au Canada à ce jour ».

Environ 40 % du total des décès causés par la COVID-19 au Canada sont survenus depuis janvier et la Dre Moriarty a déclaré que la grande majorité de ces décès en 2021 figuraient parmi les non-vaccinés.

Elle a déclaré que la propagation beaucoup plus rapide du variant Delta, qui a décollé au Canada au printemps, a contribué à une maladie plus grave, en particulier chez les personnes non immunisées, ajoutant qu’il pourrait y avoir plus de décès non signalés dus à des cas non détectés.

« Il y a beaucoup plus de propagation, les gens sont plus détendus, beaucoup plus de gens sont exposés », a déclaré la Dre Moriarty. « Les cas ne sont plus un bon indicateur. Beaucoup de cas ne sont pas détectés. »

Alors que le variant Omicron, plus transmissible, circule plus largement au Canada, les experts s’attendent à ce que la vaccination continue de jouer un rôle important pour empêcher les gens d’accéder aux hôpitaux et aux unités de soins intensifs.

Les provinces ont accéléré le déploiement de la troisième dose au milieu de la menace Omicron, bien que les scientifiques tentent toujours de comprendre à quelle vitesse le variant se propage, s’il provoque une maladie plus grave et dans quelle mesure il pourrait échapper à la protection vaccinale.

Tara Moriarty a déclaré que les troisièmes doses seront « cruciales » pour renforcer l’immunité qui diminue naturellement avec le temps après les deux premières doses.

« Même un changement de 10 % [dans la protection] dans un sens ou dans l’autre peut avoir un impact énorme sur la propagation d’une épidémie », a-t-elle déclaré. « Nous devrons attendre et voir l’impact des troisièmes doses ».

« Mais à ce stade, la menace d’une propagation très rapide est si élevée qu’il est vraiment crucial que les gens obtiennent la troisième dose ».

La Dre Moriarty a déclaré que même si Omicron s’avère moins grave que Delta, sa circulation croissante signifie que le virus trouvera des personnes vulnérables, y compris des enfants et des adultes non vaccinés et des populations immunodéprimées qui n’ont pas accumulé suffisamment de protection contre les vaccins.

Nitin Mohan, expert en épidémiologie et en santé publique à l’Université Western, est d’accord, ajoutant que si les troisièmes doses devraient « diminuer le nombre d’hospitalisations et de décès que nous observons », le taux de propagation avec Omicron pourrait rendre les choses plus difficiles à contenir.

« Nous savons qu’Omicron est très contagieux… et c’est là que les chiffres de modélisation sont assez drastiques », a-t-il déclaré.

« Ce à quoi nous pouvons nous attendre au cours des prochaines semaines, c’est que les personnes qui ne sont pas vaccinées continueront de dominer [nombre de] ceux qui contractent le virus et se retrouvent dans les hôpitaux.

« Et même si la maladie est plus bénigne, le grand nombre de personnes qui contracteront des infections à Omicron peut facilement submerger les systèmes de santé. »