Un plan de table à 25 convives ? Si le scénario qu’a fait miroiter le premier ministre François Legault divise les lecteurs, ils sont en revanche très nombreux à ne pas vouloir d’invités ayant refusé le vaccin. Plusieurs aimeraient avoir accès à des tests de dépistage rapides, et certains seraient plus rassurés avec une troisième dose de vaccin contre la COVID-19. Voici un échantillon des commentaires reçus, qui ont été condensés.

Publié le 1er déc. 2021
Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

Liberté 25

À moins d’une hausse radicale des hospitalisations, vivement les Fêtes à 25 convives ! En continuant à respecter les limites de chacun et à appliquer les gestes barrières.

Claudine Harnois

Je crois que 20-25 personnes, ce serait parfait pour une évolution, un changement, un espoir pour les efforts donnés jusqu’à présent. Et ça donne un cadre très réaliste, avec un risque somme toute assez bien soutenable.

Thérèse Lanthier

Étant une maman, une mamie et même une toute nouvelle arrière-grand-mamie, mon vœu le plus cher serait que la Santé publique autorise de 20 à 25 personnes afin que les enfants, les conjoints et les petits-enfants soient tous réunis autour d’une même tablée. Cependant, tous devront montrer leur passeport vaccinal (j’ai l’application VaxiCode Verif).

Christiane Thibault

Vingt-cinq, c’est exactement le nombre nécessaire pour que mes parents (autour de 90 ans) puissent voir leurs petits-enfants et arrière-petits-enfants. On est tous vaccinés, sauf ceux de moins de 5 ans. On a réservé une salle de 100 personnes pour avoir de l’espace et les consignes seront respectées lors du dîner. Bien plus sécuritaire que d’aller danser avec une gang d’inconnus.

Pierre Pelletier

Surtout pas 25

Je ne reçois jamais 25 personnes, maximum 10, ma maison n’est pas un château ! Je pense que le PM exagère un peu.

Andrée Robitaille

Encore une fois, le premier ministre m’exaspère. Son plan de communication pour se rendre populaire est parfait : « Moi, je veux de beaux rassemblements, si ça ne se fait pas, ce ne sera pas ma faute, ce sera à cause de la Santé publique, naa na-na-na naaaa.

Mance Brisebois

C’est un gros risque d’augmenter le nombre de personnes permises à une même fête. Déjà qu’à 10 personnes, les gens vont à 20. Donc à 25, les gens vont se permettre de recevoir 50 personnes chez eux. C’est dans l’ADN, on ne respecte pas les limites. Désolant.

Lise Trépanier

On se verra par petits groupes. Et surtout, ma belle-maman pourra sortir de sa résidence pour aînés. Le gouvernement ne devrait pas toucher à ça… pour rien au monde !

Monique Archambault

Je crois que les mesures sanitaires actuelles de 10 personnes maximum à l’intérieur des maisons seraient de mise étant donné la présence du variant Omicron. C’est déjà mieux que l’an dernier et ce serait un ultime effort à faire pour éventuellement s’en sortir.

Yves Forget

Votre vaccin, SVP

Chez nous, tu es vacciné ou bien tu n’entres pas. La COVID-19, ce n’est pas Loto-Québec.

Raymond Thibeault

On a eu tout le temps de se faire vacciner et aucune excuse ne peut être donnée pour ne pas l’être. On veut faire la fête, bien d’accord, mais on est en guerre contre un ennemi invisible et sournois, faut pas jouer avec le feu.

Matthieu Brunet, médecin retraité

Pas de non-vaccinés chez moi : ils ne seront pas invités, car il y a deux personnes à risque.

Michèle Jenneau

Nous serons six avec un enfant de 4 ans qui aura quitté le CPE depuis le 13 décembre. Aucune tolérance pour les non-vaccinés, ainsi que ceux qui trichent sur le port du masque et la distanciation. On est mieux de faire plus de prévention que moins.

À quand les tests rapides ?

Il est plus que temps que notre gouvernement cesse de nous materner. Les tests rapides devraient être disponibles afin que nous puissions par nous-mêmes vérifier si nous avons été contaminés et pouvoir prendre les mesures qui s’imposent le plus rapidement possible quand c’est le cas.

Danielle Lavigne

Il serait fort utile d’avoir les tests rapides, surtout qu’il faut attendre quelquefois plusieurs jours pour avoir un rendez-vous afin de se faire tester. Ça permettrait d’avoir un résultat rapidement et d’éviter de propager le virus. Les gens sont impatients de se réunir pour le temps des Fêtes.

Brigitte Binette

Troisième dose réclamée

À quand la troisième dose pour tout le monde ? Après six mois, la protection du vaccin baisse beaucoup. Les réunions de famille pendant les Fêtes n’aideront pas. D’autres pays le font déjà ! SVP, n’attendons pas qu’il soit trop tard.

Thomas Mittmann

Plus de dix à la maison, c’est déjà permis

Bien que le chiffre de dix personnes soit souvent cité comme limite aux rassemblements intérieurs à domicile, les règles de la Santé publique permettent déjà d’être plus nombreux, pourvu que les convives ne proviennent pas de plus de trois adresses différentes. Par exemple, dix-huit convives issus de trois foyers de six personnes chacun ont le droit de se réunir sous le même toit. « Le nombre de personnes qui peuvent demeurer à une seule et même adresse est la limite », a confirmé une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Marie-Claude Lacasse, par courriel.

Le seuil maximum de 10 personnes s’applique plutôt aux rassemblements de convives provenant de quatre adresses différentes ou plus. « Vous organisez un souper d’amis avec quatre couples et deux personnes seules : c’est OK (six adresses). Même chose pour un souper à la maison avec des collègues de bureau, par exemple (10 personnes de 10 adresses différentes) », illustre Mme Lacasse.

La formulation de la mesure, qui préconise, à l’intérieur des domiciles privés, un « maximum de 10 personnes provenant d’adresses différentes ou les occupants de trois résidences », peut prêter à confusion, tout comme la mention fréquente du chiffre 10 par les élus.

« On rappelle que les rassemblements intérieurs privés sont toujours limités à 10 personnes », a notamment écrit le ministre de la Santé, Christian Dubé, sur Twitter dimanche dernier.