(Montréal) Pourquoi le CIUSSS l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal n’a-t-il pas délesté de force des employés vers le CHSLD Herron au début de la crise, alors qu’un arrêté ministériel le lui permettait ?

Gabrielle Duchaine
Gabrielle Duchaine La Presse

La question a été plusieurs fois posée mardi à la PDG adjointe Najia Hachimi-Idrissi, qui témoignait devant la coroner Géhane Kamel dans le cadre de son enquête publique sur la vague de décès.

Mme Hachimi-Idrissi a expliqué que le CIUSSS a initialement fait appel au volontariat chez ses employés, plutôt que de les forcer à aller prêter main-forte à Herron. Dans les premières semaines, seulement 40 % des quarts de travail ont en moyenne été comblés dans l’établissement privé, où des ainés ont continué d'être déshydratés et abandonnés dans leurs selles au moins jusqu’au 10 avril. C’est ce qu’ont démontré plusieurs témoignages entendus en septembre lors des audiences.

La gestionnaire a expliqué que le CIUSSS a placé Herron en tête de liste des priorités pour y envoyer des bras, mais que le territoire faisait face à de nombreuses éclosions et manquait d’effectifs partout. Précisons qu’avant même la pandémie, l’établissement privé avait 50 % de son personnel en moins.

On a envoyé tous les volontaires disponibles, a assuré la PDG adjointe. Même si on avait forcé des gens à aller à Herron, il n’y aurait pas eu plus d’employés.

Le 21 mars 2020, la ministre de la Santé Danielle McCann avait signé un arrêté ministériel modifiant certaines dispositions des conventions collectives en vigueur pour permettre notamment les mouvements de personnel.

Si le CIUSSS a choisi de privilégier le volontariat, c’est après s’être rendu compte que des syndiqués préféraient démissionner ou se mettre en congé de maladie plutôt que d’aller en zone rouge, ce qui était contreproductif.

Mme Hachimi-Idrissi a aussi indiqué que l’arrêté ministériel était réservé aux situations d’urgence. MPatrick Martin-Ménard, qui représente des familles, lui a demandé si le fait que des aînés meurent de soif était une situation d’urgence.

À l’époque, le CIUSSS a déplacé de force du personnel uniquement vers les soins intensifs rouges de l’Hôpital du Lakeshore.

Plus tôt lundi, Géhane Kamel, frustrée que les témoins se renvoient la balle, a déclaré que le CIUSSS et le CHSLD Herron sont tous les deux « imputables » et « responsables » des personnes âgées qui étaient sous leurs soins pendant la crise.

Depuis lundi, l’enquête publique sur la tragédie à Herron a repris au palais de justice de Longueuil. Deux gestionnaires du CIUSSS devaient être réentendues. Brigitte Auger, directrice du soutien à domicile des personnes âgées, responsable du service CHSLD-Soutien à domicile, qui a été nommée gestionnaire responsable à Herron, a parlé lundi. La PDG Lynne McVey sera entendue mardi après-midi.