Des infirmières militaires canadiennes ont commencé leur travail dans un hôpital d’Edmonton afin d’aider à alléger la pression sur une unité de soins intensifs surchargée de patients atteints de la COVID-19.

La Presse Canadienne

Les Forces armées canadiennes affirment que huit infirmières formées aux soins intensifs — de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse – ont été envoyées à l’hôpital Royal Alexandra, à Edmonton.

L’Alberta a demandé l’aide de l’armée le mois dernier alors que les nouveaux cas de COVID-19, les hospitalisations et les admissions en soins intensifs augmentaient en flèche.

Le soutien militaire sera en place jusqu’à la fin du mois d’octobre.

L’Alberta compte le nombre le plus élevé de cas actif au pays, avec près de 19 000 infections.

La province enregistre 1263 nouveaux cas et 26 décès supplémentaires, avec 247 hospitalisations aux soins intensifs.

De nouvelles mesures visant à réduire la propagation de la COVID-19 en Alberta sont entrées en vigueur mercredi, notamment une limite de 20 personnes dans les rassemblements extérieurs, qui était auparavant de 200, ainsi que la reprise des signalements dans les écoles ayant au moins deux cas actifs de COVID-19 connus.

Les Albertains de 75 ans et plus et les membres des Premières Nations, Inuits et Métis âgés de 65 ans et plus peuvent désormais réserver une troisième dose de vaccin contre la COVID-19.