Moins d’un mois après la rentrée, plus d’une école sur trois de la province a déjà rapporté au moins un cas de COVID-19. Les experts appellent à la prudence et estiment qu’il ne faudrait surtout pas assouplir les mesures avant que la vaccination soit admissible aux moins de 12 ans.

Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

La fin de semaine dernière, 84 écoles supplémentaires ont rapporté avoir enregistré au moins un cas de COVID parmi leurs élèves ou leur personnel. Ainsi, pas moins de 1058 des 2997 établissements scolaires de la province en ont désormais rapporté depuis la rentrée, soit 35 %.

« J’aimerais mieux que ce soit moins que ça, mais on s’attendait à ce que la majorité des cas se concentre dans les populations non vaccinées, et les enfants de moins de 12 ans représentent la plus grosse partie de la population non vaccinée », a affirmé le DOlivier Drouin, pédiatre à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal.

Présentement, ce sont ainsi 872 écoles qui ont au moins un cas actif, soit 29 % de l’ensemble des établissements. Ces éclosions mènent toutefois à peu de fermetures. Au total, 228 classes sont présentement fermées. Deux écoles ont complètement fermé leurs portes en raison d’une éclosion.

« La bonne nouvelle, c’est que les éclosions dans les écoles semblent relativement circonscrites. Il y a des classes qui ferment occasionnellement, mais il y a très peu d’écoles qui sont fermées. Pour l’instant, c’est somme toute sous contrôle, mais c’est un équilibre fragile », a indiqué le DDrouin.

La multiplication des cas dans les écoles n’est pas étrangère à la hausse des cas chez les jeunes en ce début d’année scolaire. On recense quotidiennement en moyenne 155 nouveaux cas chez les Québécois de moins de 10 ans, en hausse de 16 % sur une semaine.

Il faut maintenir les mesures actuelles jusqu’à ce que la vaccination pour les jeunes d’âge scolaire soit disponible, ce qui devrait arriver dans les prochains mois.

Le DOlivier Drouin, pédiatre à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal

En plus des mesures en place actuellement, les écoles devraient miser sur les tests rapides et les détecteurs de CO2, ajoute Benoit Barbeau, virologue et professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal.

Cette quatrième vague est alimentée par l’arrivée du variant Delta, qui représente désormais plus des trois quarts des nouveaux cas, selon l’Institut national de santé publique du Québec. Rappelons que les infections liées au variant Delta seraient associées à environ 1,5 à 2,2 fois plus de risque d’hospitalisation ou d’admission aux soins intensifs et à environ 1,5 fois plus de risque de décès.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/2
  •  
  •  

Prudence malgré un apparent plateau

Les cas de COVID-19 semblent sur un plateau pour le moment au Québec. La province a rapporté mardi 587 nouveaux cas. La moyenne quotidienne s’est ainsi maintenue à 748, soit autant que la semaine dernière.

Mais cette apparente stabilité des nouveaux cas s’explique en grande partie par une baisse marquée chez les 20 à 29 ans, qui étaient jusqu’à récemment les principaux touchés. Ceux-ci ont vu leurs cas diminuer de 23 % en une semaine.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a dit mardi « [reconnaître] que les cas semblent stables pour l’instant », mais faire preuve d’une grande prudence. Il a noté le début d’éclosions dans les résidences privées pour aînés, « particulièrement dans la région de Montréal », et l’augmentation des cas chez les enfants. « Je dirais donc : respect des mesures sanitaires dans ces deux cas-là et de ne pas oublier que, même si on est vacciné, on doit continuer de respecter les mesures sanitaires », a-t-il demandé avant de rappeler à la population d’aller se faire vacciner.

1/3
  •  
  •  
  •  

« On n’a pas encore vacciné tout le monde, il nous reste du temps, il nous reste des vaccins, alors s’il vous plaît, pour ceux qui ne sont pas vaccinés, allez vous faire vacciner. C’est très important, on le voit, ceux qui, malheureusement, vont aux soins intensifs ces temps-ci, ce sont des personnes qui sont non adéquatement vaccinées », a souligné le ministre Dubé.

M. Barbeau a rappelé que nous ne sommes pas à l’abri d’une hausse des cas avec l’arrivée des temps plus frais, ajoutant que la vigilance sera de mise.

Quand c’est l’été, on peut ouvrir les fenêtres et les portes, mais quand il fait très froid, ce n’est pas possible. Bien qu’on voie une diminution, il ne faut pas nécessairement penser qu’à l’approche des températures plus froides à l’automne, on n’aura pas un rebond.

Benoit Barbeau, virologue et professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal

À ce jour, 77,5 % des Québécois ont reçu au moins une dose et 72,5 % de la population a reçu ses deux doses.

Non-vaccinés hospitalisés

Le nombre de personnes hospitalisées a diminué mardi pour s’établir à 274, soit six de moins que la veille. Du nombre, 86 se trouvent aux soins intensifs, une baisse de six.

1/3
  •  
  •  
  •  

Les non-vaccinés continuent toutefois à enregistrer une hausse des hospitalisations. Chaque jour, un peu plus de 25 d’entre eux doivent être admis dans les hôpitaux, contre sept pleinement vaccinés. En tenant compte du poids dans la population de chacun, le taux quotidien d’hospitalisation des non-vaccinés est de 12,7 par million, contre 1,2 pour les pleinement vaccinés.

« On ne peut que se réjouir devant la conclusion que le vaccin continue à faire son travail », a déclaré M. Barbeau.

Mardi, le Québec a de plus rapporté neuf décès supplémentaires. La moyenne est ainsi de trois par jour. La hausse des décès survient principalement chez les Québécois de 70 ans et plus, mais aussi chez ceux de 50 à 69 ans. Alors que la moyenne d’âge des décès était de 85 ans durant les deux premières vagues, elle est de 74 ans en cette quatrième vague.

Avec Fanny Lévesque, La Presse

Appel à tous

Il y a eu un cas positif de COVID-19 dans la classe de votre enfant depuis la rentrée 2021? Comment cela s'est-il passé? Écrivez-nous à redaction+appel01@lapresse.ca pour nous le raconter.

Suivez la progression de la pandémie en temps réel dans notre page de graphiques interactifs