Les bureaux de santé de l’Ontario adoptent des approches variées à l’égard de l’administration de troisièmes doses d’un vaccin contre la COVID-19 pour les personnes considérées comme les plus vulnérables au virus, certains patients devant être contactés directement et d’autres invités à consulter leur médecin.

Holly McKenzie-Sutter La Presse Canadienne

La province a annoncé mardi qu’elle autoriserait les personnes « à risque le plus élevé » de complications liées à la COVID-19 à recevoir une troisième dose dans le but de leur offrir une protection plus forte contre le variant Delta hautement contagieux qui se propage actuellement dans plusieurs régions de l’Ontario.

Les personnes admissibles incluent les résidents en soins de longue durée, les receveurs de greffe, les patients atteints de cancers hématologiques en cours de traitement et les receveurs de certains médicaments appelés agents anti-CD20.

À Thunder Bay, le bureau de santé local a indiqué mercredi qu’il était en train de planifier les troisièmes doses, y compris la communication avec les foyers de soins de longue durée.

Il a indiqué que les troisièmes doses ne seraient pas administrées dans les pharmacies ou à la principale clinique de vaccination dans la ville du nord-ouest de l’Ontario.

« Des détails supplémentaires sur les troisièmes doses seront fournis sous peu », a déclaré le bureau de santé dans un communiqué mercredi.

Le bureau de santé de la région de Waterloo a déclaré que les patients atteints de cancers hématologiques recevant des soins locaux seraient contactés dans les deux prochaines semaines pour planifier la troisième injection dans le cadre de leur traitement.

Le bureau a indiqué que les troisièmes doses seraient administrées dans les cliniques régionales, les cabinets de médecins et les pharmacies participantes.

« Il est conseillé aux personnes ayant une condition médicale admissible de contacter leur fournisseur de soins de santé avant de recevoir leur troisième dose pour une consultation au moment approprié », a-t-on précisé.

Le bureau de santé couvrant la région de Kingston a déclaré qu’il travaillait avec le Kingston Health Science Centre pour contacter les patients admissibles à leur troisième dose, y compris les greffés, les patients atteints de cancer et ceux qui prennent des médicaments spécifiques.

Il a mentionné que les autres personnes admissibles devraient prendre rendez-vous par l’entremise du site web ou de la ligne téléphonique de la santé publique.

La décision de la province intervient après qu’une étude récente menée par des chercheurs du University Health Network a suggéré que la plupart des receveurs de greffe d’organes ont formé une réponse immunitaire plus robuste après une troisième dose.

Les responsables de la santé aux États-Unis ont annoncé cette semaine leur intention de donner des injections de rappel à tous les Américains, à partir peut-être de la semaine du 20 septembre, pour se protéger contre le variant Delta. Israël a également commencé à offrir de troisièmes injections à certains citoyens.

Des scientifiques de l’Organisation mondiale de la santé s’opposent au plan américain, car des pays pauvres n’ont toujours pas reçu suffisamment de vaccins pour donner aux résidents leur première dose.

L’Ontario a signalé jeudi 531 nouveaux cas de COVID-19 et 17 décès attribuables au virus, dont 15 décès survenus il y a plusieurs mois.

La province précise que ces décès sont signalés maintenant en raison d’un nettoyage des données.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a indiqué que 456 des nouveaux cas concernaient des personnes non vaccinées ou dont le statut vaccinal était inconnu.

Soixante-quinze des personnes infectées sont complètement vaccinées.

En date de jeudi matin, 176 patients étaient hospitalisés pour la COVID-19.

La province note que 82 % des Ontariens âgés de 12 ans et plus ont reçu une dose d’un vaccin contre la COVID-19 et que 74 % sont complètement vaccinés.