Des premières et deuxièmes doses de vaccin contre la COVID-19 seront offertes ce samedi sous une tente extérieure, près du Stade olympique, dans l’objectif de vacciner les Montréalais qui visitent le Biodôme et le Planétarium, ou encore les amateurs du CF Montréal et les usagers du stade Saputo.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« L’idée est vraiment de rejoindre les gens qui passent par là pour profiter des activités le week-end. On sait que c’est un secteur où il y a beaucoup d'affluence, donc c’est une façon supplémentaire d’offrir la vaccination », explique le porte-parole du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, Christian Merciari.

Plusieurs équipes de vaccination seront présentes dès 16 h, ce samedi, sous une grande tente au pied du Stade olympique, qui sera installée pour la fin de journée et la soirée. Les vaccins de Pfizer, de Moderna et d’AstraZeneca seront offerts, précisent les autorités.

« Ce lieu stratégique, qui permet de profiter de la saison estivale et de se rendre dans les différentes installations du secteur, est le parfait endroit pour inciter les gens à recevoir une première ou une deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 », indique le CIUSSS dans un communiqué diffusé vendredi matin.

M. Merciari précise que l’opération vise tout le monde, mais que le but est aussi d’être « capables de rejoindre les jeunes ». « Ce n’est pas pour rien qu’on s’installe près du stade Saputo. On sait que beaucoup de jeunes apprécient le soccer dans le secteur. Si on rejoint ces jeunes, tant mieux », indique-t-il.

Ce samedi, des vaccinateurs seront également déployés au cégep Marie-Victorin, dans le nord-est de Montréal, pour vacciner les élèves et les membres du personnel. Des équipes seront aussi présentes au parc Champdoré et dans le stationnement du Super C du boulevard Pie-IX, dans le quartier Saint-Michel.

Jeudi, le chef médical en environnement urbain et en santé des populations de la Santé publique de Montréal, le DDavid Kaiser, a indiqué que le tiers des jeunes Montréalais de 12 à 17 ans n’avaient toujours pas reçu leur première dose de vaccin contre la COVID-19, et qu’environ 60 % d’entre eux n’avaient pas reçu leur deuxième dose. La Santé publique appelle les adolescents à aller se faire vacciner « avant la rentrée ». « Ces vaccins-là sont accessibles, sont disponibles, et tout le monde qui se fait vacciner d’ici la rentrée contribue à cet effort-là », a soutenu le Dr Kaiser.

Ce dernier affirme que depuis quelques jours déjà, on observe dans la métropole « une petite augmentation du nombre d’hospitalisations ». « Pour nous, c’est vraiment un signal qu’on ne va pas dans la bonne direction à trois semaines de la rentrée », a-t-il avancé à ce sujet.