(Québec) Les travailleurs de la santé sont adéquatement vaccinés à 75 % dans la moitié des régions administratives du Québec.

Caroline Plante La Presse Canadienne

À l’échelle de la province, ce sont 77 % des travailleurs des établissements publics et privés conventionnés qui ont reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19, selon une récente compilation du ministère de la Santé.

Mais les chiffres diffèrent d’une région à l’autre. Ainsi, seulement 68 % des travailleurs de la santé sont adéquatement vaccinés au Nunavik, alors que 87 % le sont dans la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

L’objectif du gouvernement du Québec est d’administrer deux doses du vaccin à 75 % des Québécois de 12 ans et plus d’ici le 31 août.

Les régions qui comptent les plus bas taux de pleine vaccination chez les travailleurs de la santé sont : l’Outaouais (69 %), la Mauricie–Centre-du-Québec (71 %), l’Estrie (72 %), l’Abitibi (72 %) et les Laurentides (72 %).

Il s’agit ici d’employés du réseau de la santé qui travaillent dans les hôpitaux, les CHSLD, les centres jeunesse et les CLSC, ou qui offrent des soins à domicile et dans les centres de réadaptation, notamment.

Rappelons que les employés du réseau de la santé et des services sociaux sont visés depuis avril par l’arrêté ministériel 2021-024 et doivent fournir à leur employeur une preuve de vaccination contre la COVID-19.

Les travailleurs qui n’ont pas reçu de dose de vaccin, ou qui refusent de fournir une preuve de vaccination, doivent se soumettre à un dépistage préventif trois fois par semaine.

En mai dernier, l’opposition libérale s’était inquiétée du peu d’intérêt pour la vaccination chez les employés des CHSLD, entre autres, considérant la nature de leur rôle.

« Ils sont directement en première ligne avec la population, alors (la vaccination) c’est très important », a renchéri mardi la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade.

La vaccination des travailleurs de la santé a débuté en décembre 2020.

Mardi, le ministère de la Santé s’est dit somme toute « satisfait » des pourcentages, « mais nous poursuivons nos actions pour […] qu’un maximum (de travailleurs de la santé) soit adéquatement vaccinés ».

« Plusieurs initiatives locales sont déployées au sein des CISSS et des CIUSSS pour promouvoir la vaccination des travailleurs de la santé », a indiqué la relationniste Marjorie Larouche.

L’AMC pour la vaccination obligatoire

Au moment où le Québec dévoilait ces chiffres, l’Association médicale canadienne (AMC) et l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) réclamaient la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé.

Ils ont publié un communiqué de presse conjoint, mardi, pour faire part de leurs préoccupations quant à « l’émergence de variants hautement contagieux » et la « stagnation des taux de vaccination partout au Canada ».

« La vaccination obligatoire des travailleurs de la santé constitue une mesure additionnelle de protection pour ces derniers, les patients, et la capacité du système de santé », a rappelé la présidente de l’AMC, la D Ann Collins.

« En tant que professionnels de la santé, nous avons le devoir fondamental de veiller à la santé de nos patients et du public. […] Rendre (la vaccination) obligatoire est une mesure appropriée et la bonne décision à prendre. »

Aucune donnée en éducation

Par ailleurs, le ministère de la Santé a confirmé mardi qu’il n’existait aucune donnée sur la vaccination des enseignants et du personnel scolaire.

À l’approche de la rentrée scolaire, et dans le contexte où une quatrième vague semble probable, plusieurs se demandent si les écoles seront des endroits sécuritaires.

« Après vérification […], je vous confirme que nous n’avons pas ces chiffres parce que les salariés ne sont pas tenus d’informer leurs employeurs s’ils sont vaccinés ou non », a expliqué Mme Larouche.