Pour la première fois depuis le début de la pandémie, le Québec n’a enregistré aucun décès au cours de la dernière semaine. La forte présence du variant Delta en Ontario incite toutefois à la prudence.

Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

Le Québec n’a enregistré aucun décès depuis sept jours. Le dernier remonte au 6 juillet. Depuis le début du mois de juin, la province a enregistré six autres journées sans décès.

« C’est très encourageant de voir qu’il n’y a pas de décès, c’est une très bonne chose. Ce qui se passe au Québec est le fruit de plusieurs éléments, dont la vaccination qui s’en va en augmentant assez rapidement », soutient le DGaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et membre du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ).

À noter que les décès mettent parfois quelques jours à apparaître dans les statistiques officielles, de sorte que des décès pourraient s’ajouter. À titre d’exemple, Québec a rapporté la semaine dernière neuf décès survenus en réalité l’hiver dernier dans la région de Chaudière-Appalaches.

Les 75 nouveaux cas rapportés mercredi portent à 67 la moyenne quotidienne calculée sur sept jours. La tendance est ainsi stable depuis un peu plus d’une semaine. Il y a 31 éclosions actives, dont 18 en milieux de travail, 2 en milieux de soins ou de vie et 7 en milieux de garde.

La province recense en ce moment 79 personnes hospitalisées en raison de la pandémie, soit 6 de moins que la veille. De ce nombre, 25 se trouvent aux soins intensifs, soit autant que la veille.

Prudence avec le variant Delta

Malgré le bilan encourageant, les Québécois doivent demeurer prudents en raison de la propagation du variant Delta, préviennent les experts. Au Québec, 80 % des cas de COVID-19 récemment signalés au pays sont attribuables à des variants préoccupants.

Le variant Alpha, découvert au Royaume-Uni, représente toujours la majorité des variants séquencés à l’échelle nationale. Le nombre de cas du variant Delta, signalé pour la première fois en Inde, a cependant augmenté et représente maintenant la majorité des nouveaux cas de COVID-19 dans certaines régions, dont l’Ontario, a indiqué mercredi l’Agence de la santé publique du Canada.

Avec le variant Delta, qui est tellement contagieux, la proportion de la population qui doit être immunisée pour véritablement bloquer la transmission est beaucoup plus élevée que celle dont on aurait eu besoin si le coronavirus était resté comme il était au tout début de la pandémie.

Le DGaston De Serres, épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec

Selon les plus récentes données disponibles, le virus du variant Delta semble se multiplier plus rapidement dans les cellules humaines, notamment à cause de sa capacité à contourner la première défense antivirale dans les poumons, explique Nathalie Grandvaux, spécialiste des mécanismes de défense antiviraux.

Pour l’instant, le Québec ne rapporte que 183 cas du variant Delta, dont la moitié à Montréal. Plusieurs facteurs peuvent expliquer la propagation limitée du variant préoccupant dans la province, dont le déconfinement graduel, indique Mme Grandvaux. « Les mesures d’assouplissement ont été mises en place à un moment où l’épidémiologie était très favorable, ce qui limite la transmission », dit-elle.

Jusqu’à maintenant, beaucoup de cas étaient observés dans les écoles et en milieux de travail. Les vacances ont commencé, ce qui réduit les contextes de transmission. « Jusqu’à maintenant, cela a suffi à contenir la transmission du variant Delta », dit-elle.

Deuxième dose nécessaire

Le ministère de la Santé et des Services sociaux rapporte avoir administré 92 825 doses mardi, pour un total de 9,6 millions depuis le début de la campagne. Ainsi, 6,1 millions de Québécois ont reçu au moins une dose, soit 71,4 % de la population. Du nombre, 3,5 millions ont reçu deux doses, soit 41,3 % de la population.

Selon le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, la clé pour vaincre le virus est d’obtenir sa deuxième dose de vaccin. Il recommande à tous les Québécois d’aller la chercher. « Terrains de camping, parcs, festivals, vaccination en entreprise – le sans [rendez-vous] est très populaire et disponible dans toutes les régions du [Québec] », a-t-il indiqué mercredi sur Twitter.

« Toutes les données épidémiologiques et de laboratoire montrent que la vaccination complète est nécessaire pour donner une protection maximum contre le variant Delta », rappelle Mme Grandvaux.