(Ottawa) Un nouvel examen de l’Agence de la santé publique du Canada indique que plus de la moitié des personnes atteintes de COVID-19 pourraient souffrir de symptômes post-COVID pendant plus de trois mois après avoir reçu un résultat de test positif.

Mia Rabson La Presse Canadienne

L’examen a étudié plus d’une vingtaine d’études du monde entier dans lesquelles des patients atteints de COVID-19 ont été invités à signaler la présence d’au moins un symptôme à long terme.

Les premiers résultats suggèrent que plus de huit personnes sur 10 présentaient au moins un symptôme à long terme quatre à 12 semaines après le diagnostic. Plus de la moitié ont signalé des symptômes persistants après 12 semaines.

La fatigue, la douleur, l’essoufflement et les troubles du sommeil étaient les problèmes les plus courants, suivis de l’anxiété, de la toux et de la perte de cheveux.

La Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique, a déclaré dans un communiqué que si la plupart des gens se remettent complètement de la COVID-19 en quelques semaines, ce qu’on appelle la « COVID longue » peut affecter les personnes de tous les groupes d’âge, peu importe à quel point elles sont tombées malades au début.

L’étude note certaines faiblesses potentielles dans les données en raison du signalement des conditions par les patients eux-mêmes, d’un biais dans la sélection des patients impliqués dans les études et d’un manque de connaissance des conditions préexistantes que les patients pourraient avoir avant de contracter la COVID-19.