Longtemps meneur de la course à la vaccination au pays, le Québec traîne la patte par rapport à d’autres provinces pour l’administration des deuxièmes doses. Avec des taux de pleine vaccination qui dépassent les 30 %, la Saskatchewan, le Manitoba et l’Ontario font ainsi mieux que le Québec, où 25,17 % de la population a reçu tous ses vaccins.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

À titre de comparaison, le taux de gens pleinement vaccinés atteint 34,43 % en Saskatchewan, 34,2 % au Manitoba et 30,86 % en Ontario.

De plus, si on mesure la vaccination en termes de doses pour 100 habitants, le Québec, qui a longtemps dominé le classement des provinces canadiennes, se trouve dorénavant au sixième rang.

Mais il garde sa position de tête en ce qui concerne les primovaccinés au pays : 70,15 % des Québécois ont tendu le bras au moins une fois (contre 67 % des Ontariens).

« Le Québec a été le meilleur dans l’administration de la première dose et compte aussi bien performer pour l’administration de la deuxième. L’opération de vaccination qui a été menée est un succès jusqu’à présent : nous vaccinons selon les priorités et les intervalles demandés, et ce, très rapidement », précise Marjaurie Côté-Boileau, l’attachée de presse du ministre de la Santé, Christian Dubé.

« Il est faux de prétendre à un retard de la campagne de vaccination. Au contraire, le nombre de doses administrées quotidiennement est élevé et nous sommes confiants d’atteindre l’objectif de 75 % de la population ayant reçu ses deux doses pour le 31 août », a pour sa part signalé par courriel la porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux, Noémie Vanheuverzwijn.

Mais comment expliquer le retard relatif du Québec du côté des gens pleinement vaccinés ? Notamment par la diminution de la propagation du virus au Québec, selon Alain Lamarre, professeur-chercheur spécialisé en immunologie et en virologie à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS).

Ce n’est pas inhabituel, on le voit un peu partout à l’échelle mondiale. Ça s’essouffle toujours lorsque la situation épidémiologique est sous contrôle. Les gens vont beaucoup avec le sentiment d’urgence.

Alain Lamarre, professeur-chercheur spécialisé en immunologie et en virologie à l’Institut national de la recherche scientifique

Le portrait diffère quelque peu au sein de la population ontarienne. « En Ontario, ils ont été plus touchés que nous pendant la troisième vague, donc peut-être que ce sentiment d’urgence là est encore plus présent, ils ont plus de variants Delta », a précisé Alain Lamarre.

À la diminution de la peur d’être infecté par le virus s’ajoutent les vacances estivales, qui découragent bien des gens de passer une partie de leur journée à l’intérieur d’un centre de vaccination. Or, il est primordial de rappeler à la population l’importance d’obtenir deux doses de vaccin, estime M. Lamarre.

« Une dose, ce n’est clairement pas suffisant pour protéger contre le variant Delta. Puis, on n’est pas à l’abri d’une éclosion de ce variant-là, car on sait qu’il est plus contagieux, qu’il est présent partout dans le monde. Donc, c’est une question de temps avant qu’il s’implante ici aussi », dit-il.

Jeunes et moins vaccinés

Au Québec, ce sont les jeunes de 18 à 29 ans qui ont le moins retroussé leur manche. C’est 66,8 % de ces jeunes adultes qui ont reçu au moins une première dose de vaccin. Les adolescents de 12 à 17 ans forment la deuxième tranche d’âge des moins vaccinés, avec 70,1 % qui ont reçu au moins une dose. Pour l’ensemble des 12 ans et plus au Québec, 80 % d’entre eux ont reçu une première injection contre la COVID-19.

Ce taux insatisfaisant a attiré l’attention de la directrice régionale de santé publique pour la région de Montréal, la Dre Mylène Drouin. Elle a fait parvenir une lettre aux élèves du secondaire et à leurs parents. « L’atteinte de cet objectif [de 75 % de la population pleinement vaccinée] est incontournable pour assurer une rentrée scolaire sécuritaire en septembre », peut-on lire dans la lettre qui invite les adolescents à se faire vacciner « dès que possible ».

La Dre Maryse Guay, professeure à la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et membre du Comité sur l’immunisation du Québec, demeure toutefois optimiste quant à la vaccination des adolescents et des jeunes adultes.

« On va vacciner dans les festivals qui vont commencer, les parties de soccer, les skateparks », a affirmé la Dre Guay. Des équipes mobiles qui vaccinaient dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés (RPA) seront donc déployées dans divers endroits que fréquentent les jeunes, a-t-elle expliqué.

Les gens déploient diverses stratégies pour grappiller les personnes qui sont encore hésitantes.

La Dre Maryse Guay, professeure à la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et membre du Comité sur l’immunisation du Québec

Elle précise toutefois que les jeunes ont été rejoints plus tard dans la campagne de vaccination, ce qui peut justifier ce retard.

« Les premiers qui sont allés [se faire vacciner] sont allés dans les centres, ils y sont allés volontiers. Maintenant, pour augmenter les premières doses [chez les plus jeunes], il faut des efforts plus importants pour des gains moins importants par intervention », a affirmé la Dre Guay.

Les populeuses régions de Montréal et Laval font par ailleurs partie de celles où le taux de vaccination est inférieur à la moyenne québécoise.

Le nombre de cas diminue

Québec a rapporté 71 nouveaux cas de COVID-19 dans la province mardi, soit 5 de moins que la veille. La Santé publique recense qautre décès supplémentaires, une légère hausse par rapport à lundi.

La pression continue de s’alléger sur le réseau de la santé. Ce sont deux hospitalisations de moins que la veille qui ont été rapportées mardi. Un total de 122 personnes se trouvent ainsi en centre hospitalier.

Le même scénario se produit du côté des soins intensifs, alors que 31 patients s’y trouvent, un bilan stable par rapport à lundi.

La moyenne de cas quotidienne calculée sur sept jours se chiffre dorénavant à 91. La moyenne des morts liées au virus s’élève quant à elle à un décès par jour.

Appel à tous : un été en vert

Tout le Québec est passé en zone verte cette semaine. La plupart des restrictions ont été assouplies, mais pas complètement levées, notamment pour ceux qui ne sont pas pleinement vaccinés. Vous avez du mal à vous y retrouver ?

Écrivez-nous