La vaccination progressant rapidement au Québec, la province est en voie de dépasser la cible « 75-20 », en référence à la première et à la deuxième dose, qui est préconisée par Ottawa pour permettre davantage d’assouplissements pendant l’été. Cela témoigne une fois de plus de la robustesse du réseau québécois, disent des experts.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

En mai, le gouvernement fédéral avait encouragé les provinces à atteindre une couverture vaccinale élevée avant de lever les mesures sanitaires strictes imposées. Ottawa recommandait ainsi d’administrer au moins une dose à 75 % des adultes et deux doses à 20 % d’entre eux.

Vendredi, 79,5 % des Québécois de 18 ans et plus avaient déjà reçu une première dose de vaccin. Et 18 % dans ce groupe avaient reçu deux doses de vaccin. La proportion grimpe même à 20,4 % si on inclut les gens ayant reçu une dose et ayant déjà contracté la COVID-19.

D’après des chiffres colligés par La Presse, la couverture vaccinale est particulièrement élevée chez les aînés. Plus de la moitié (53,3 %) des 80 ans et plus ont reçu deux doses. Quant aux 60 à 79 ans, autre groupe à risque, près du tiers (32,1 %) ont aussi été vaccinés deux fois.

Il convient de noter que le Québec n’a pas officiellement adhéré à ces objectifs d’Ottawa, mais a néanmoins adopté des cibles similaires. Ainsi, la province s’était d’abord fixé comme objectif d’administrer une première dose à 75 % des adultes avant la fête nationale, seuil qui a finalement été atteint dès le début juin.

L’autre objectif majeur est d’offrir deux doses à 75 % des 12 ans et plus d’ici la fin de l’été. Le Québec est en bonne voie d’atteindre cet objectif, le rythme actuel de la campagne de vaccination et le calendrier de livraison des doses étant adéquats. Reste donc à voir si les Québécois continueront à être au rendez-vous tout au long de l’été et si des retards de livraison viendront mettre en péril l’atteinte de cet objectif.

« Ça démontre l’efficacité de notre système »

Pour le virologue et professeur au département des sciences biologiques de l’UQAM Benoit Barbeau, ces chiffres démontrent que le réseau québécois est très solide. « Pour moi, ce n’est pas surprenant de voir qu’on devance encore des étapes de la sorte. C’est la tendance au Québec depuis le début. Ça démontre l’efficacité de notre système, mais ça démontre surtout que les Québécois ont réellement répondu à l’appel », avance-t-il.

Malgré quelques problèmes récents sur Clic Santé et des ratés ici et là, la campagne vaccinale a extrêmement bien roulé depuis le départ, surtout parce que les systèmes et les sites de vaccination se sont multipliés, avec l’apport des pharmacies et des entreprises notamment.

Benoit Barbeau, virologue

Pour M. Barbeau, il est évident que Québec cherchera à assouplir encore davantage ses mesures. « François Legault devrait par exemple viser à augmenter encore le nombre de personnes dans certains lieux intérieurs comme le Centre Bell, fait remarquer l’expert. Et il y a fort à parier qu’on allégera encore du côté des regroupements extérieurs. »

Une variable demeure toutefois dans l’équation : celle du variant Delta, apparu initialement en Inde, contre lequel les vaccins semblent a priori moins efficaces. « Ce variant-là commence à se pointer de façon plus dominante, notamment en Ontario, donc c’est certain qu’à travers tout ça, et même si la vaccination avance bien, il faudra assurer une surveillance continue », note le virologue.

L’épidémiologiste Nimâ Machouf est du même avis. À ses yeux, « le plus rapidement possible les gens sont complètement vaccinés, le mieux c’est, avant que le variant Delta ne se propage davantage ». « J’espère surtout qu’à ce moment, les frontières vont être étanches, dit-elle. Ça va être un enjeu majeur. » Vendredi, la fermeture de la frontière canado-américaine a été prolongée jusqu’au 21 juillet.

Si, au départ, beaucoup ont craint que les jeunes soient « moins adhérents et se sentent moins visés par la vaccination », la réalité a finalement été tout le contraire au Québec, rappelle Mme Machouf.

Les jeunes ont très bien répondu à l’appel. Le rythme de vaccination était même supérieur au rythme chez les gens de 50 ans et plus à certains moments.

Nimâ Machouf, épidémiologiste

Un bilan stable

Pendant ce temps, les 127 nouveaux cas rapportés vendredi au Québec ont porté à 143 la moyenne quotidienne calculée sur sept jours. La tendance est ainsi à la baisse de 23 % sur une semaine. Les deux décès supplémentaires, eux, portent la moyenne quotidienne à deux, en légère baisse par rapport à la semaine dernière.

On a aussi observé une baisse de trois hospitalisations dans le réseau québécois. En date de jeudi, 175 patients étaient toujours hospitalisés en lien avec la maladie, dont 39 se trouvaient toujours aux soins intensifs, soit 2 de moins que la veille.

Du côté de la vaccination, tout près de 98 000 doses supplémentaires ont été administrées jeudi au Québec, auxquelles s’ajoutent 5600 vaccins administrés avant le 17 juin qui n’avaient pas encore été comptabilisés. Plus de 16 800 doses ont aussi été données à l’extérieur du Québec, pour un total de 103 400 dans la seule journée de jeudi. À ce jour, 5,9 millions de Québécois ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 68,8 % de la population générale. Du nombre, 1,3 million en ont reçu deux, soit 14,6 %.

Consultez les règles en vigueur dans votre région Suivez la progression de la COVID-19 en graphique