En raison de la canicule qui fait monter le mercure dans plusieurs écoles, les élèves ne seront plus obligés de porter le masque en classe. Cette mesure entre en vigueur demain et se poursuivra jusqu’à la fin de l’année scolaire, a annoncé le gouvernement Legault lundi soir.

Marie-Eve Morasse
Marie-Eve Morasse La Presse

« Je sais que ça a été difficile aujourd’hui dans nos classes. En raison de la chaleur extrême, en plus de permettre les ventilateurs et climatiseurs, la Santé publique autorisera, dès demain et jusqu’à la fin de l’année, les élèves à retirer leur masque lorsqu’ils sont en classe », a annoncé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, lundi soir sur Twitter.

Ces nouvelles directives s’appliquent tant au primaire qu’au secondaire. Les élèves devront toutefois porter le masque dans les espaces communs, lors des déplacements dans l’école et dans le transport scolaire, précise le ministère de la Santé et des services sociaux.

Plus tôt lundi, les directions d’école de Montréal avaient demandé à la Santé publique de Montréal d’assouplir dès mardi les règles sur le port du masque.

L’Association montréalaise des directions d’établissement scolaire (AMDES), qui regroupe 650 membres à Montréal, estime qu’il fallait « absolument et de toute urgence » assouplir les règles de santé publique qui obligeaient les élèves à porter le masque en tout temps à l’école.

L’AMDES a rappelé que plusieurs écoles de Montréal, surtout au primaire, sont ventilées naturellement.

« Or, nous avons reçu la directive de ne pas utiliser de ventilateurs tournés vers les élèves comme nous le faisions habituellement en raison des risques de propagation du virus de la COVID-19. Cela a pour effet de réduire considérablement leur efficacité », écrit sa présidente, Kathleen Legault.

Lundi, la Santé publique de Montréal avait indiqué que des discussions étaient en cours à ce sujet avec le ministère de la Santé.

La Direction de la santé publique de la Montérégie avait pour sa part déjà pris une décision en ce sens et permettait, si la température n’est pas « acceptable » dans une classe, que les élèves enlèvent leur masque une fois assis à leur place.

Questionné à ce sujet la semaine dernière, le directeur national de santé publique avait expliqué qu’il n’était pas prévu de faire des assouplissements sur le port du masque dans les écoles en juin.

« C’est vrai qu’il y a une diminution du nombre de cas, mais ça ne veut pas dire que le virus n’est pas présent. […] Le confort des enfants va être pris en considération, on va se fier sur la gestion que peuvent faire les écoles dans des situations de chaleur importante », a déclaré le DHoracio Arruda.

Nombreux sont les enseignants qui ont partagé lundi des photos sur les réseaux sociaux montrant des thermomètres qui affichent des températures avoisinant les 30 degrés. Plusieurs ont fait état de directives de leurs centres de services recommandant de ne pas utiliser les ventilateurs ou de les utiliser à basse vitesse seulement.

Avec Louise Leduc et Alice Girard-Bossé, La Presse