Québec réduit de 16 à 8 semaines l’intervalle recommandé entre les deux doses pour tous les vaccins contre la COVID-19. Le gouvernement Legault espère ainsi permettre à plus de citoyens d’obtenir « une réponse immunitaire plus élevée, plus rapidement ».

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Pour les vaccins ARNm (Pfizer et Moderna), l’intervalle recommandé pour la majorité des personnes passera de 16 à 8 semaines ou plus pour obtenir une réponse immunitaire plus élevée, plus rapidement », a en effet confirmé le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans un bref communiqué diffusé en fin d’avant-midi jeudi.

Le tout survient à la suite d’une autre mise à jour du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ), responsable de conseiller les autorités sur le déroulement et la priorisation des différents groupes de la population pendant la campagne de vaccination.

D’ailleurs, le ministère précise qu’il demeure important « que l’offre de devancer la deuxième dose de vaccin se fasse selon le calendrier de priorisation établi par groupe d’âge, comme les personnes plus âgées présentent davantage de risques de développer des complications de la COVID-19 ».

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

Calendrier des dates d’ouverture du devancement de la deuxième dose, en fonction de l’âge

En ce qui concerne les personnes immunosupprimées ou dialysées qui n’ont pas encore reçu leur deuxième dose, « l’intervalle recommandé est de quatre semaines pour optimiser leur réponse immunitaire rapidement », ajoutent aussi les autorités gouvernementales. Celles-ci précisent au passage que toute recommandation sur l’intervalle entre les deux doses pourra être « révisées » en fonction de la situation épidémiologique et de la circulation des variants, voire de l’émergence de nouvelles données sur les vaccins ou du nombre de doses disponibles.

Nous avons suffisamment de doses pour procéder plus rapidement à la deuxième dose. Il est aussi prouvé qu’une deuxième dose protège davantage pour certains variants. L’objectif demeure de vacciner adéquatement un maximum de Québécois.

Marjorie Larouche, porte-parole du MSSS

La semaine dernière, Québec avait annoncé qu’il fixait à huit semaines le délai entre les deux doses du vaccin d’AstraZeneca. Depuis le 29 mai, la deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca peut donc déjà être donnée « dans plusieurs cliniques sans rendez-vous clairement identifiées ». « Les personnes doivent s’assurer qu’au moins huit semaines se sont écoulées depuis la première dose », explique le ministère, en réitérant qu’un intervalle allongé de huit semaines ou plus entre les deux doses « permet d’obtenir une protection supérieure à celle fournie par l’intervalle minimal ».

Dans un cas de « vaccination mixte », soit lorsqu’une personne voudrait par exemple avoir une deuxième dose de Pfizer ou Moderna après une première dose d’AstraZeneca, l’intervalle de huit semaines ou plus « pourrait aussi être utilisé », affirme Québec à ce stade-ci.

Comment faire pour devancer sa deuxième dose ?

Une personne qui veut devancer son rendez-vous pour la deuxième dose doit d’abord se rendre sur la plateforme Clic Santé. Le système « reconnaîtra » chaque usager et proposera lui-même un nouveau rendez-vous « avec un minimum de 8 semaines après l’inoculation » de la première dose, indique le MSSS. Le rendez-vous sera offert au même endroit que la première dose. Une fois qu’un nouveau moment est programmé, la plage qui avait déjà été réservée sera automatiquement annulée.