(Québec) Il n’y aura plus de rouge sur la carte du Québec à compter de lundi, et du vert fera même son apparition. Le premier ministre François Legault confirme que Montréal et Laval passeront en zone orange lundi, tout comme des MRC de l’Estrie, de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent.

Mis à jour le 1er juin 2021
Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Dans ces régions, les restaurants pourront rouvrir leur salle à manger, alors que les élèves de 3e, 4e et 5secondaire seront en classe à temps complet. La plupart des régions se trouvent déjà en zone orange depuis lundi.

« Ne soyez pas surpris si vous voyez, dans les prochaines semaines, avec le déconfinement, une augmentation des cas à Montréal, c’est prévisible », notamment en raison de la densité de la population, a signalé le premier ministre François Legault en conférence de presse mardi. La Santé publique est quand même à l’aise avec ce changement de palier d’alerte, a-t-il dit : « Il y a une marge de manœuvre et la vaccination continue d’avancer ».

Puisque « c’est impressionnant » à quel point la situation épidémiologique du Québec « va vraiment bien », des régions seront peintes en jaune que tôt que prévu, a également annoncé François Legault. Ce sera le cas du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et d’une partie du Bas-Saint-Laurent (Mitis, Matapédia, Rimouski et Matane).

Le passage en zone jaune permet des rassemblements à l’intérieur des maisons entre les occupants de deux résidences. Les bars pourront rouvrir. Il sera autorisé de disputer des matchs de sport à l’extérieur.

Toujours lundi, des régions se retrouveront même en zone verte : l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord et le Nord-du-Québec. Parmi les assouplissements aux consignes sanitaires qui s’y appliqueront, 10 personnes ou les occupants de trois résidences pourront se voir à l’intérieur d’une maison. Les matchs de sport pourront se tenir dans des lieux intérieurs.

Rappelons que dans son plan de déconfinement, Québec a prévu que la majorité des régions passent en zone jaune d’ici le 14 juin, puis en zone verte d’ici le 28 juin.

Lors de sa conférence de presse, François Legault a tenu à rappeler que les personnes doivent porter le masque et rester à deux mètres de distance lors des rassemblements à domicile tant et aussi longtemps que l’on n’aura pas reçu deux doses de vaccin contre la COVID-19.

Québec dévoilera d’ailleurs jeudi un nouveau calendrier pour l’administration de la deuxième dose du vaccin, par groupe d’âge. L’objectif est de devancer l’opération, car le gouvernement veut que 75 % des 12 ans et plus soient vaccinés avec deux doses dès la fin du mois d’août.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a expliqué que les Québécois pourront modifier leur rendez-vous via la plateforme Clic-Santé. Les 80 ans et plus seront les premiers à pouvoir devancer leur rendez-vous, puis les 70 ans, et ainsi de suite. M. Dubé s’attend à ce que ces rendez-vous devancés pour une deuxième dose s’envolent « comme des petits pains chauds ».

Or le ministre a reconnu qu’il y a un « ralentissement » dans la prise de rendez-vous pour une première dose chez les 18-40 ans. François Legault leur a lancé un appel à se faire vacciner, à prendre les nombreuses plages disponibles « avant que les gens commencent à prendre le rendez-vous pour la deuxième dose ».

Alors qu’à Ottawa, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) vient d’approuver le mélange de doses des deux types de vaccin, le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, a signalé que le comité québécois a déjà donné le feu vert pour que ceux ayant reçu une première dose d’AstraZeneca puissent, s’ils le veulent, prendre un autre type de vaccin pour la deuxième, comme Pfizer.

Les « débordements » survenus en particulier dans des parcs, « c’était prévisible » dans le cadre du déconfinement, a commenté François Legault, soulignant que d’autres pays ont vécu le même phénomène. « Quand on ouvre les vannes, il y a peut-être un trop-plein au début. Par contre, il n’est pas question de tolérer la violence », a-t-il affirmé. Il préfère que « les gens se voient dans les parcs plutôt que dans les maisons ». Entre deux maux, il faut choisir le moindre, a-t-il laissé entendre.

D’ici à la fin juin, et peut-être dès la semaine prochaine, Christian Dubé entend présenter les grandes lignes d’un plan de rattrapage des chirurgies qui sera finalisé au cours de l’été. Le délestage a gonflé la liste d’attente, où l’on retrouve environ 150 000 personnes. Le plan visera à ramener la liste, « dans un certain laps de temps », à 115 000 personnes, le même nombre qu’avant la pandémie. Les hôpitaux du Québec fonctionnent en moyenne à 85 % -90 % de leur capacité en ce moment. Le plan de rattrapage sera mis à exécution à la fin août ou au début septembre afin de permettre au personnel de souffler. « On veut que notre personnel infirmier se repose cet été, alors, il n’est pas question qu’on fasse un effort de leur demander de reporter les vacances comme ça s’est fait l’an dernier », a indiqué le ministre.

François Legault a demandé à son homologue fédéral Justin Trudeau de maintenir la fermeture des frontières avec les États-Unis tant que la population n’aura pas reçu deux doses de vaccin. La réouverture devra avoir lieu « idéalement, pas avant la fin août » selon lui. Mais « il n’y a pas de consensus à travers le Canada, a-t-il reconnu. Il y a des provinces comme l’Alberta qui voudraient ouvrir rapidement puis il y a des provinces comme l’Ontario et le Québec qui veulent attendre. »

Le Québec connaît toujours une forte tendance à la baisse des cas de COVID-19. On a rapporté 208 nouvelles infections mardi, dont à peine 25 à Montréal. Il faut remonter au 1er septembre pour en compter aussi peu. La moyenne de nouveaux cas calculée sur sept jours est passée à 339, une baisse de 37 % en une semaine. Cinq décès supplémentaires ont été enregistrés, alors que les hospitalisations (354) sont toujours en diminution.