La tendance à la baisse des nouveaux cas de COVID-19 se poursuit au Québec en ce début du déconfinement, alors que la province recense vendredi 419 infections et trois décès supplémentaires. Le nombre d’hospitalisations poursuit sa descente, pendant que la vaccination surpasse à nouveau le cap des 100 000 doses.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

Les 419 nouveaux cas rapportés vendredi portent en effet à 418 la moyenne quotidienne calculée sur sept jours. La tendance est ainsi à la baisse de 36 % depuis une semaine.

Les trois décès, eux, portent la moyenne hebdomadaire à six par jour. Ceci marque une légère baisse par rapport à la semaine dernière. Ces trois décès se répartissent par ailleurs dans autant de régions, soit le Bas-Saint-Laurent, la Capitale-Nationale et la Montérégie.

Au total, 11 118 personnes ont jusqu’ici succombé des suites de complications liées au virus. Précisons qu’un décès a été retiré de ce cumulatif après que l’enquête épidémiologique ait révélé qu’il était non attribuable à la COVID-19. Mercredi, 30 328 tests de dépistage ont été réalisés dans la province, un sommet depuis les six derniers jours.

Dans le réseau de la santé, la diminution du nombre d’hospitalisations se poursuit, avec une baisse de neuf cas sur ce plan enregistrée vendredi. Quelque 385 patients demeurent néanmoins hospitalisés en lien avec le virus, dont 91 se trouvent toujours aux soins intensifs, une baisse de cinq cas en 24 heures à cet égard.

La tendance est à la baisse dans toutes les régions du Québec. Statistiquement, cinq régions se trouvent en zone orange (entre 6 et 10 cas par 100 000 habitants), dont Montréal et Laval. Huit régions affichent des taux de propagation de niveau jaune (entre 2 et 6 cas par 100 000) et trois, vert (moins de 2 cas par 100 000).

Vers les 60 %

Côté vaccination, plus de 101 000 doses ont été administrées dans la journée de jeudi, auxquelles s’ajoutent un peu plus de 3100 doses données avant le 27 mai qui n’avaient pas encore été comptabilisées. À ce jour, 57,4 % des Québécois ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19.

Des 4,9 millions de Québécois vaccinés, 387 609 ont reçu leurs deux doses, soit 4,5 % de la population. Si on tient uniquement compte des adultes, la proportion des Québécois vaccinés grimpe à 69,8 %. De plus, 8,2 % des 18 ans et plus ont pris rendez-vous et attendent d’être vaccinés, ce qui permet d’envisager une couverture éventuelle de 78,1 %.

Le gouvernement Legault dispose toujours d’une réserve confortable d’environ 580 000 doses pour la suite de la campagne. Les autorités visent toujours à atteindre 75 % des adultes vaccinés avec au moins une dose d’ici le 24 juin prochain.

Par ailleurs, jeudi, « 9700 [doses de] Moderna imprévues ont été reçues », a indiqué le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) dans un communiqué. « De plus, cinq plateaux de Pfizer de la semaine du 31 mai ont été reçus du gouvernement fédéral, en échange de l’équivalent en Moderna pour la semaine du 17 mai. Les doses sont rendues en région », a-t-on précisé.

L’Ontario réduit l’intervalle entre les doses

Pendant ce temps, l’Ontario a raccourci vendredi l’intervalle entre les doses du vaccin contre la COVID-19, en commençant par les adultes âgés de 80 ans et plus la semaine prochaine. La province affirme qu’elle est en mesure de prendre cette décision parce que 65 % de tous les adultes ont reçu au moins une dose de vaccin et que l’Ontario compte maintenant sur un approvisionnement régulier en vaccins.

L’Ontario administrait des injections de vaccin à quatre mois d’intervalle, à quelques exceptions près. Selon les autorités, l’intervalle raccourci pourrait être aussi court que 28 jours pour les vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna dans les mois à venir, en fonction de l’approvisionnement.

Ceux qui ont reçu une première injection du vaccin d’Oxford-AstraZeneca se verront proposer une deuxième dose après 12 semaines, et ils pourraient recevoir un vaccin différent en fonction des directives fédérales attendues. Les Ontariennes et Ontariens âgés de 80 ans et plus pourront commencer à réserver leur deuxième dose la semaine prochaine, tandis que ceux âgés de 70 ans et plus seront admissibles à une deuxième injection dans la semaine du 14 juin.

Avec La Presse Canadienne

Suivez la progression de la pandémie en temps réel dans notre page de graphiques interactifs