Le Québec se rapproche de plus en plus de son objectif de vaccination contre la COVID-19. La province franchira dans les prochains jours le seuil de 75 % des adultes ayant reçu leur première dose ou pris rendez-vous pour la recevoir, montrent des données colligées par La Presse.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Judith Lachapelle
Judith Lachapelle La Presse

D’abord concentrée auprès des aînés, des malades chroniques et du personnel soignant, la campagne de vaccination du Québec s’est véritablement accélérée au cours des deux dernières semaines avec l’ouverture à la population générale. En 14 jours à peine, la part des Québécois de 18 ans et plus ayant reçu une première dose ou pris rendez-vous pour la recevoir est passée de 49 % au 27 avril à plus de 72,4 %, vendredi.

Selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux, cette propulsion est principalement due à l’engouement chez les moins de 60 ans. Dans plusieurs groupes d’âge, la prise de rendez-vous pour la vaccination a bondi au fur et à mesure de l’ouverture des groupes prioritaires. Par exemple, depuis la fin d’avril, 40 % des personnes âgées de 40 à 44 ans ont pris rendez-vous. Ils sont aujourd’hui 39 % à avoir reçu une première dose, contre 17 % fin avril.

Des augmentations comparables s’observent chez les 35-39 ans (de 15 à 32 %), les 30-34 ans (de 13 à 26 %) et les 25-29 ans (de 13 à 21 %). Dans tous ces groupes d’âge, la prise de rendez-vous a aussi augmenté à un rythme effréné.

Cela dit, la proportion n’est pas encore uniforme dans tous les groupes. Pour l’heure, il manque environ 575 000 personnes vaccinées chez les 18 à 49 ans pour atteindre le seuil de 75 % dans ce groupe d’âge. Mais la situation progresse rapidement. Depuis deux semaines, ce sont 1,6 million de Québécois qui ont été vaccinés ou ont pris rendez-vous pour l’être dans les prochaines semaines.

D’ailleurs, la province a déjà dépassé le seuil de 50 % chez tous les groupes de 25 à 49 ans. Rappelons que Québec souhaite atteindre le seuil de 75 % de personnes ayant reçu au moins la première dose dans tous les groupes d’âge d’ici au 24 juin.

Le Palais des congrès complet

Signe de cet engouement, les 600 doses disponibles vendredi matin à la clinique sans rendez-vous du Palais des congrès se sont rapidement écoulées : la majorité a été administrée à des jeunes de 18 à 24 ans qui s’y sont présentés à l’aube. Le centre de vaccination a aussi accueilli plus de 3000 personnes qui avaient pris rendez-vous, affichant ainsi complet pour la toute première fois.

« Nous avons toutefois obtenu 1000 doses sans rendez-vous supplémentaires pour samedi, et 1000 autres pour dimanche », a assuré une porte-parole du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Annie Dufour. Des démarches étaient en cours depuis la veille pour augmenter le nombre de doses.

Par ailleurs, le Québec a recensé vendredi 838 nouveaux cas de COVID-19 et 8 décès supplémentaires. Les 838 nouveaux cas portent à 800 la moyenne quotidienne calculée sur sept jours, en baisse de 13 % sur une semaine. Quant aux huit décès supplémentaires, ils portent à sept la moyenne quotidienne. On a observé une hausse de 10 hospitalisations dans le réseau québécois. Pour l’heure, 530 patients sont donc hospitalisés en lien avec la COVID-19, dont 123 aux soins intensifs.

Le Québec tient les comparaisons

Un peu plus de 110 000 doses ont été administrées au Québec dans la seule journée de jeudi, ce qui constitue un nouveau record depuis le début de la campagne. Plus de 3,9 millions de Québécois ont reçu au moins leur première dose jusqu’ici, soit environ 46 % de la population. La proportion grimpe à 56 % si on tient uniquement compte des adultes.

Le Québec figure désormais parmi les États où la population est le plus vaccinée. Et dans la grande majorité des cas, les autres États où la proportion de la population vaccinée est supérieure à 45 % sont beaucoup moins populeux.

Parmi les endroits au moins aussi populeux que le Québec, on retrouve la Hongrie (taux de vaccination de 46 %, population de 9,66 millions d’habitants), les Émirats arabes unis (plus de 50 %, 9,9 millions) et, bien sûr, Israël (63 %, 8,7 millions). On retrouve aussi dans le peloton de tête le Royaume-Uni (53 %, 79 millions) et le Chili (46 %, 19 millions).

Le Québec se classe actuellement troisième au Canada, derrière le Yukon (63 %) et les Territoires du Nord-Ouest (60 %). Ceux-ci ont cependant commencé leur campagne de vaccination générale beaucoup plus tôt, puisqu’ils sont considérés comme des « régions éloignées ».

À noter que si 2,6 % de la population québécoise a reçu sa deuxième dose, ce taux est un peu plus élevé dans d’autres provinces, comme l’Île-du-Prince-Édouard et l’Alberta, où 7 % de la population est entièrement vaccinée.

Les États-Unis et l’Europe

Le diable est dans les détails, comme disent les Américains. Et ceux-ci ne sont pas à court de statistiques pour décrire leur campagne de vaccination. Ainsi, si 47 % de la population des États-Unis a reçu au moins une dose, la proportion monte à 59 % si on tient compte seulement des adultes.

En fait, 36 % des Américains ont reçu deux doses de vaccin, comparativement à seulement 2,6 % des Québécois. En proportion de leur population, ce sont les États de la Nouvelle-Angleterre qui sont le plus vaccinés : Maine, Vermont, Massachusetts, Connecticut, New Hampshire et Rhode Island. À l’inverse, les États du Sud et de l’Ouest (à l’exception de ceux de la côte) sont proportionnellement les moins vaccinés.

Du côté européen, deux pays se distinguent : le Royaume-Uni et la Hongrie. Le premier, avec sa production nationale de vaccins AstraZeneca, a donné une dose de vaccin à plus de la moitié de sa population. Le second, grâce aux vaccins chinois Sinopharm et russe Spoutnik V, a une bonne avance sur ses voisins européens avec 46 % de sa population vaccinée. La plupart des pays d’Europe se situent entre la Croatie (24 %) et la Finlande (37 %). C’est notamment le cas de la France (28 %) et de l’Allemagne (36 %).