Aux prises avec une éclosion de près d’une centaine de cas, l’usine d’abattage et de transformation de porc du Breton de Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent, a annoncé sa fermeture temporaire mercredi soir.

Ariane Krol
Ariane Krol La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

« Les Viandes du Breton désire ainsi pleinement collaborer avec la santé publique afin de convenir d’un protocole de retour aux activités régulières de l’entreprise », a déclaré l’entreprise dans un communiqué mercredi en fin de soirée.

Le total cas confirmés s’élevait déjà à 94, mardi soir, soit 10 de plus que la veille, a indiqué le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Viandes du Breton STTVDB–CSN, en citant les données fournies par la santé publique. L’usine compte environ 500 employés.

L’éclosion a officiellement débuté le 22 avril, lorsqu’il y a eu plus de deux cas, mais c’est à partir du 1er mai qu’ils se sont multipliés.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) avait dépêché un inspecteur à l’usine mercredi dans la journée.

« Des activités seront maintenues au strict minimum sur le site afin d’assurer le maintien des équipements et des inventaires », a précisé l’entreprise, qui n’accordait pas d’entrevue mercredi soir.

Alors que la tendance générale est à la baisse au Québec, le Bas-Saint-Laurent est la région la plus touchée de la province avec une moyenne quotidienne de 26 nouveaux cas par 100 000 habitants.

La tendance à la baisse se poursuit

La tendance demeure par ailleurs à la baisse au Québec, où le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès diminue. La province vient même de passer sous la barre des 10 cas par 100 000 habitants, seuil théorique du niveau d’alerte le plus élevé.

Les 745 nouveaux cas rapportés mercredi ont porté la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 830. Le nombre de lits occupés par les patients de la COVID-19 est aussi en baisse avec 530 personnes hospitalisées, soit 10 de moins que la veille. Les 10 décès supplémentaires rapportés mercredi ont porté à sept la moyenne quotidienne calculée sur sept jours.

Les rendez-vous se multiplient

L’ouverture de la vaccination aux moins de 35 ans a considérablement fait augmenter le nombre de rendez-vous pris pour obtenir une dose. Avec près de 1,1 million de personnes en attente de se faire vacciner, presque 70 % des Québécois âgés de 18 ans et plus ont été vaccinés ou doivent l’être dans les prochains jours, tout près de l’objectif de 75 %. « La réponse des ‟jeunes » pour la vaccination jusqu’à maintenant est exceptionnelle », a salué le ministre de la Santé, Christian Dubé. Un total de 3,9 millions de personnes ont reçu au moins une première dose, soit, 43,4 % de l’ensemble des Québécois. De plus, 196 592 personnes ont reçu leurs deux doses, soit 2,2 % de la population.

Le sans rendez-vous reprend à Montréal

La vaccination sans rendez-vous reprendra au Palais des congrès dès jeudi, a annoncé le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal mercredi. Quelques centaines de places sans rendez-vous seront offertes chaque jour et l’opération se fera avec des doses de Pfizer et de Moderna.

« Notre but avec cette nouvelle opération sans rendez-vous, c’est surtout d’aller vers les jeunes, a précisé la porte-parole du CIUSSS, Annie Dufour. On veut leur donner plus de flexibilité, plus de spontanéité. »

Un « invité surprise » sera aussi présent pour le lancement de la campagne, jeudi matin entre 9 h et 10 h.

Montréal demeure l’une des régions de la province où le taux de vaccination est le moins élevé, et ce, malgré le nombre élevé de doses administrées dans l’île.

Environ 36 % de la population de la métropole a reçu au moins une première dose, contre 44 % dans l’ensemble de la province, ce qui s’explique notamment par le fait que des doses données à Montréal étaient pour des résidants des couronnes nord et sud.

Situation « encourageante » en Outaouais

En Outaouais, où les mesures spéciales d’urgence seront levées pour l’ensemble du territoire en début de semaine prochaine, la Santé publique juge la situation « encourageante sur plusieurs plans ».

« Nous constatons une reprise de contrôle dans la région en termes de cas, d’éclosions et aussi d’hospitalisations », a indiqué la Dre Brigitte Pinard, directrice régionale de santé publique, en conférence de presse mercredi.

Plus de 650 000 doses d’AstraZeneca

Le Canada recevra environ 655 000 doses du vaccin d’AstraZeneca la semaine prochaine, alors que son utilisation en première dose est suspendue par l’Ontario et l’Alberta, et limitée par plusieurs provinces.

Des essais cliniques en cours au Royaume-Uni pointent cependant vers un risque de thromboses avec thrombocytopénie induite par le vaccin (TIPIV) nettement moindre à la suite de la deuxième dose, soit environ 1 sur 1 million, contre 1 sur 100 000 à la première.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui s’est fait demander à la Chambre des communes s’il prendrait une deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca, a répondu par l’affirmative mercredi.