Le rythme de la campagne de vaccination s’accélère au Québec au moment où les cas, les hospitalisations et les morts attribuables à la COVID-19 déclinent. La province pourrait atteindre son objectif de vacciner 75 % des 12 ans et plus au cours du mois de juin.

Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse

Vaccination accélérée

Depuis une semaine, le Québec a administré 525 000 doses de vaccin contre la COVID-19, soit en moyenne 75 000 par jour. À ce rythme — que les livraisons devraient permettre de maintenir —, le Québec pourrait atteindre son objectif de vacciner 75 % des 12 ans et plus d’ici 30 jours, soit deux semaines avant la date butoir du 24 juin. « On ne sera pas encore devant l’immunité collective, cependant, à 75 %, on va avoir atteint un seuil très acceptable au-delà de nos espérances », affirme Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et expert en virologie. L’engouement pour la vaccination est d’ailleurs élevé alors que l’on compte actuellement tout près de 1 million de personnes ayant pris rendez-vous pour obtenir une dose.

Plus de la moitié des adultes vaccinés

À ce jour, 42 % des Québécois ont reçu une première dose. La proportion grimpe à 52 % si on tient uniquement compte des adultes. De plus, 14 % des 18 ans et plus sont présentement en attente d’un rendez-vous. La liste d’attente risque de s’allonger cette semaine alors que Québec ouvre mercredi la prise de rendez-vous aux 25 à 29 ans, puis aux 18 à 24 ans vendredi.

Enfin, le gouvernement doit également préciser cette semaine comment il entend procéder pour vacciner les adolescents de 12 à 17 ans — un total de 512 000 personnes, dont à peine 1,2 % ont été vaccinées à ce jour. Seuls les jeunes de 16 et 17 ans ayant des problèmes de santé sont admissibles à l’heure actuelle.

« Les jeunes sont importants, parce qu’ils ont beaucoup de contacts. Dans les écoles secondaires, il y a vraiment beaucoup de monde, alors les vacciner, c’est important », souligne Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec.

La Dre Marie-France Raynault, médecin spécialiste en médecine préventive et en santé publique, ajoute que c’est très avantageux de vacciner les élèves avant le début des vacances scolaires. « C’est toujours plus facile de vacciner les enfants quand ils sont tous à l’école que d’attendre dans le milieu de l’été », affirme-t-elle.

Quant à la deuxième dose, 179 000 Québécois l’ont reçue, soit 2,1 % de la population.

Cas en baisse

L’accélération de la vaccination survient alors que le nombre de cas a diminué de 12 % depuis une semaine au Québec. La province fait d’ailleurs bonne figure à l’échelle nationale, le taux de propagation de la COVID-19 étant actuellement la moitié de la moyenne canadienne, soit 105 cas par million, contre 200. « Si on regarde par rapport aux autres provinces et aux modélisations, on s’en est sorti extrêmement bien. En ce moment, on semble s’aligner vers une diminution. On a battu les prédictions », se réjouit M. Barbeau.

Selon lui, la tendance à la baisse devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines. « Le seul point qui pourrait faire en sorte que ça aille moins bien, c’est si le délai entre les deuxièmes doses a été trop long, particulièrement chez les personnes vulnérables », dit-il.

Régions

La situation s’est particulièrement améliorée dans le Grand Montréal, où les cas ont reculé de 18 % en une semaine. La Capitale-Nationale aussi a connu une forte embellie, avec une réduction de 37 % des cas. La situation a toutefois stagné dans Chaudière-Appalaches.

Bien que la situation s’améliore globalement au Québec, quatre régions font face à des hausses des cas de COVID-19. Il s’agit de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent, de la Mauricie–Centre-du-Québec et de l’Estrie. Cette dernière vient d’ailleurs de passer en zone rouge.

Diminution des hospitalisations et des morts

La baisse des cas se fait sentir dans les hôpitaux, où le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 est globalement en baisse. On recense présentement 543 lits occupés, soit 45 de moins que la semaine dernière. Les décès aussi ont continué à décliner. Le Québec a rapporté 45 décès depuis une semaine, soit sept en moyenne par jour. Cela représente une baisse par rapport à la semaine précédente, où l’on en déplorait quotidiennement neuf. Le DDe Serres indique que la diminution était attendue. « Quand les cas baissent, automatiquement les hospitalisations et les décès baissent avec une ou deux semaines de retard », explique-t-il.

Positivité en baisse

Le nombre de tests de dépistage de la COVID-19 a légèrement diminué la semaine dernière, pour s’établir à 33 000 par jour en moyenne. Malgré cette baisse, le taux de positivité des tests a continué à décliner, en raison de la baisse des cas. Ainsi, 2,7 % des tests effectués depuis une semaine ont été positifs.