C’est au tour des Québécois de 25 ans de pouvoir prendre leur rendez-vous pour se faire vacciner contre la COVID-19. Des plages horaires ont été rendues disponibles pour ce groupe d’âge, mardi en fin d’après-midi, soit quelques heures avant l’ouverture officielle.

Coralie Laplante La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Comme mentionné par le ministre, il est possible que le système de prise de rendez-vous ouvre quelques heures avant le moment prévu. Nous avons plusieurs fois entendu parler de gens qui avaient réussi à prendre un rendez-vous la veille de l’ouverture officielle de l’inscription », avait d’ailleurs affirmé quelques heures plus tôt un porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Robert Maranda.

Plus tôt, le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’était réjoui de la progression de la campagne au Québec. « La semaine des jeunes démarre excessivement bien alors que 50 % des 30-34 ans de partout au Québec ont déjà pris leur rdv pour aller se faire vacciner », a-t-il dit sur Twitter.

L’élu s’est d’ailleurs tourné vers les réseaux sociaux, en matinée, pour interpeller les jeunes adultes et leur demander de se faire vacciner. « La dernière année a dû être très difficile pour vous. Vous avez fait des sacrifices remarquables pour protéger les personnes plus vulnérables de la société, et le système hospitalier qui les soigne. […] On approche de la ligne d’arrivée et vous avez maintenant un rôle crucial à jouer », a soulevé M. Dubé, en s’adressant directement aux jeunes de 25 ans et plus.

Dès vendredi prochain, les Québécois de 18 ans et plus pourront à leur tour tendre le bras pour recevoir leur injection, selon le calendrier qui a déjà été dévoilé par Québec à la fin du mois d’avril. D’ailleurs, 43,1 % des Québécois (environ 3,6 millions d’entre eux) ont déjà reçu leur première dose de vaccin à ce jour. La moyenne du nombre de doses administrées par jour au Québec se situe autour de 76 000.

Pendant ce temps, la tendance à la baisse du nombre de cas s’est aussi maintenue mardi, alors que 660 nouveaux cas et neuf décès ont été rapportés. Avec 55 nouveaux cas rapportés mardi, le Bas-Saint-Laurent est redevenu la région la plus touchée par la propagation de la COVID-19. Elle affiche présentement un taux de 26 nouveaux cas par 100 000 habitants. Les cas y sont en hausse de 13 % sur une semaine.

Le gouvernement Legault estime que le Québec « est en train de passer au travers de la troisième vague » de la pandémie. Encouragé par les bilans à la baisse, François Legault a annoncé mardi la levée des mesures spéciales d’urgence en Outaouais et évoque le retour à l’orange pour les Laurentides, la Montérégie et Lanaudière. La situation demeure sous surveillance dans des sous-régions du Bas-Saint-Laurent, de l’Estrie et en Chaudière-Appalaches.

« L’été s’en vient, l’été s’annonce mieux que l’été passé », a ajouté M. Legault. Il a indiqué qu’en termes d’hospitalisations, le Québec en compte actuellement la moitié moins qu’au même moment l’an dernier. Pour ce qui est des décès, c’est 10 fois moins, a-t-il souligné.