Plusieurs indicateurs se sont améliorés en Outaouais, mais la Santé publique veut voir une baisse des hospitalisations avant de nouveaux allègements.

Ariane Krol
Ariane Krol La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

L’Outaouais, en proie à plus de 100 éclosions actives il y a quelques semaines encore, n’en compte plus que 47. Et la moyenne de nouveaux cas quotidiens est passée de 91 il y a deux semaines à 58 la semaine dernière.

« On commence à regagner un contrôle de la situation », s’est réjouie la Dre Brigitte Pinard, directrice de santé publique par intérim du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, en point de presse mercredi.

La troisième vague n’est cependant pas maîtrisée et la situation demeure fragile, a-t-elle précisé.

Ce qu’on veut voir, c’est une continuation à la baisse du nombre de cas et d’éclosions, mais en particulier, vraiment, une pression à la baisse sur les hospitalisations.

La Dre Brigitte Pinard, directrice de santé publique par intérim du CISSS de l’Outaouais

L’allègement des mesures suivra donc une « stratégie à petits pas ».

Les écoles primaires de l’Outaouais rouvriront lundi prochain, le 10 mai, date à laquelle les mesures spéciales d’urgence seront également levées dans les MRC de la Vallée-de-la-Gatineau et de Papineau. Ces mesures seront cependant maintenues à Gatineau, ainsi que dans les MRC des Collines-de-l’Outaouais et de Pontiac.

« Pour le restant de la région, on espère pouvoir aussi procéder à l’ouverture des écoles secondaires le plus rapidement possible », a indiqué la Dre Pinard.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Renforts du CUSM

La région compte 43 patients hospitalisés, une baisse appréciée après le sommet récent de 65 hospitalisations. Avec huit lits occupés, les hospitalisations aux soins intensifs demeurent toutefois élevées. « Elles ont même un peu augmenté dans les deux dernières semaines », a indiqué la PDG adjointe du CISSS, France Dumont.

Mme Dumont a donc salué la venue de huit infirmières du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), qui se sont portées volontaires pour deux semaines.

Le taux de vaccination des employés du CISSS a par ailleurs augmenté de 62 % à 69 % depuis une semaine. La promotion faite à l’interne, conjuguée à l’arrêté ministériel imposant trois dépistages hebdomadaires aux employés non vaccinés, explique cette amélioration, a estimé Mme Dumont.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean voit jaune

Après une longue période de stabilité au palier orange, le Saguenay–Lac-Saint-Jean commence à voir « un petit abaissement » du nombre de nouveaux cas, a souligné le directeur régional de santé publique en point de presse mercredi.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Le DDonald Aubin, directeur de santé publique du Saguenay–Lac-Saint-Jean

On n’est pas rendus à festoyer, on est juste en train de se dire que ça va dans le bon sens.

Le DDonald Aubin, directeur de santé publique du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Il a cité en exemple l’Abitibi-Témiscamingue, qui a réussi à suffisamment contrôler le variant dit sud-africain, « qui n’était pas un variant facile », pour pouvoir revenir au palier jaune lundi prochain.

« Ça veut dire que c’est possible », a fait valoir le DAubin.

« Je nous souhaite de passer au jaune au cours des prochaines semaines, vraiment, je pense qu’il faut travailler dans ce sens-là », a-t-il déclaré, en invitant la population à poursuivre ses efforts.

Plus de la moitié (63 %) des nouveaux cas de la région sont reliés au variant B.1.1.7 (dit britannique).

Baisse provinciale

Les 915 cas qui se sont ajoutés au bilan de l’ensemble de la province mercredi portent à 960 la moyenne quotidienne calculée sur une semaine. La tendance est ainsi à la baisse de 8 % depuis sept jours. Un total de 354 390 cas ont ainsi été enregistrés au Québec depuis le début de la pandémie.

La région de Chaudière-Appalaches demeure celle où le taux de propagation est le plus élevé. Avec 120 nouveaux cas mercredi, elle affiche un taux en légère hausse, à 26 nouveaux cas par 100 000 habitants.

Le Bas-Saint-Laurent affiche une légère tendance à la baisse avec 21 nouveaux cas par 100 000 habitants.

La région de la Capitale-Nationale a elle aussi poursuivi sa tendance à la baisse.

Les morts aussi sont en diminution. À ce jour, 10 964 Québécois ont perdu la vie après avoir contracté la COVID-19. Les cinq décès supplémentaires rapportés mercredi portent à huit la moyenne quotidienne calculée sur une semaine, en baisse par rapport à la dernière semaine.

Des cinq décès rapportés mercredi, trois sont survenus à Montréal, un en Mauricie–Centre-du-Québec et un dans les Laurentides.

Les hospitalisations aussi ont légèrement reculé mercredi. On compte actuellement 588 personnes hospitalisées, soit 6 de moins que la veille. Du nombre, 152 se trouvent aux soins intensifs, soit une baisse de 3 sur 24 heures.

Quant à la vaccination, le ministère de la Santé rapporte que 55 723 doses ont été administrées mardi, pour un total de 3,4 millions depuis le début de la campagne. Ainsi, 37,7 % des Québécois ont reçu au moins une première dose. Notons que la part monte à 46,4 % si on tient uniquement compte des 18 ans et plus, l’objectif du gouvernement étant de vacciner 75 % des adultes d’ici le 24 juin.