(Québec) Québec donne de l’air à certaines régions et lève les mesures spéciales d’urgence dans la Capitale-Nationale et sur une partie de Chaudière-Appalaches et de l’Outaouais. On serre cependant la vis dans la MRC du Granit, en Estrie. La « vaccination est la clé » pour espérer un déconfinement estival, préviennent les autorités.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Beaucoup de changements sont apportés dans la Capitale-Nationale. La région sera complètement dégagée des mesures spéciales d’urgence à compter du 10 mai. Les commerces non essentiels pourront rouvrir, et le couvre-feu est repoussé à 21 h 30.

Les élèves du secondaire pourront également reprendre le chemin des classes : ceux des niveaux 1 et 2 à temps complet et ceux de secondaire 3e, 4e et 5e pourront le faire une journée sur deux comme c’était le cas avant l’imposition des mesures spéciales d’urgence, il y a plus d’un mois maintenant.

« Dans la Capitale-Nationale, la situation s’est beaucoup améliorée. On prévoit que dans les prochaines semaines, il va y avoir une baisse dans les hospitalisations », s’est réjoui François Legault, mardi. La région est sous la barre des 100 cas quotidiens depuis le 1er mai. En avril, ce chiffre pouvait dépasser 400.

  • Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

    INFOGRAPHIE LA PRESSE

    Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

  • Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

    INFOGRAPHIE LA PRESSE

    Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

  • Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

    INFOGRAPHIE LA PRESSE

    Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

  • Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

    INFOGRAPHIE LA PRESSE

    Pour voir le graphique en mode plein écran, appuyez longuement pour les tablettes iPad, ou deux fois pour les tablettes Android.

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures d’urgence sont aussi levées à Lévis et dans les MRC de Lotbinière, de Bellechasse, de Montmagny, de L’Islet, des Appalaches et de la Nouvelle-Beauce. En Outaouais, on permet aussi la levée de ces restrictions dans les MRC de Papineau et de La Vallée-de-la-Gatineau. Toutes ces régions demeurent cependant en zone rouge.

La situation reste problématique dans les MRC des Etchemins, de Beauce-Sartigan et Robert-Cliche, dans Chaudière-Appalaches, et dans les MRC de Pontiac et des Collines-de-l’Outaouais ainsi qu’à Gatineau, en Outaouais. Dans ces secteurs, seules les écoles primaires peuvent rouvrir leurs portes à compter du 10 mai.

C’est le statu quo pour le Bas-Saint-Laurent. Et sur une note plus positive, l’Abitibi-Témiscamingue bascule de l’orange au jaune lundi prochain.

Resserrement en Estrie

Colorée en orange, l’Estrie verra l’ajout d’un point rouge foncé sur sa carte alors que la MRC du Granit sera sous le coup des mesures spéciales d’urgence à compter de ce mercredi à minuit. « Dans le coin de Lac-Mégantic, là, c’est devenu l’endroit per capita où il y a le plus de cas actifs, donc c’est vraiment inquiétant », a soulevé M. Legault.

« On est à 110 cas par 100 000 depuis les derniers jours [dans ce secteur] », a affirmé le directeur régional de santé publique de l’Estrie, le DAlain Poirier, mardi. Selon lui, la situation épidémiologique dans la MRC du Granit n’est pas étrangère à ses liens naturels avec la Beauce, où la troisième vague de la pandémie frappe fort.

« C’est évident que la communauté se côtoie, il n’y a pas de frontières. C’est une des explications de ce qui se passe actuellement », a résumé le DPoirier. L’Estrie comptait lundi 48 nouveaux cas positifs à la COVID-19. Dans la MRC du Granit, on dénombre 272 cas actifs.

Mai, le mois de la vaccination

Si avril était « le mois de tous les dangers », pour reprendre les mots du premier ministre, mai est maintenant le mois de la vaccination, a affirmé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. Le Québec doit recevoir 2 millions de doses de vaccins en mai ; c’est le double de ce qui était prévu initialement.

La prise de rendez-vous pour le groupe des 40 à 44 ans a ouvert mardi soir, quelques heures plus tôt que prévu. Pour le groupe des 55 à 59 ans, le ministre Dubé a confirmé que la cible de 75 % est atteinte pour la prise de rendez-vous. Environ 10 000 plages de rendez-vous sont toujours libres à Montréal. « Ce n’est pas grand-chose pour Montréal », a-t-il nuancé.

Des scénarios sont sur la table pour accélérer l’administration de la deuxième dose, mais M. Dubé se donne jusqu’à la semaine prochaine pour voir « à quelle vitesse les Québécois auront accès au vaccin » avant de réajuster sa stratégie.

François Legault a dit que si l’objectif du gouvernement de vacciner 75 % des Québécois adultes au 24 juin est atteint, « on se donne de très belles chances de passer un bel été », a-t-il illustré. Les autorités n’ont pas voulu s’aventurer sur les étapes d’un éventuel déconfinement estival, rappelant que la « clé est la vaccination » pour y arriver.

Le premier ministre a répété que le déconfinement serait graduel. Le ministre Dubé planche « sur une séquence » vers un de retour à la vie normale. Il a dit entendre les préoccupations des restaurateurs qui réclament à tout le moins la réouverture des terrasses à la mi-mai pour profiter de la main-d’œuvre étudiante.

« On espère dans les prochaines semaines être capables de passer le maximum [de régions] en zone orange pour rouvrir les restaurants », a précisé M. Legault. Le ministre Dubé a rappelé que si « on veut enlever des mesures sanitaires, il faut monter la vaccination » des Québécois.

En date du 3 mai, il restait 2,1 millions de personnes à vacciner pour atteindre le seuil des 75 % des adultes d’ici le 24 juin. Du nombre, près de 467 000 ont déjà pris rendez-vous pour recevoir une dose. Il reste ainsi 1,7 million de rendez-vous à prendre pour atteindre l’objectif. Quelque 52 000 doses ont été administrées dimanche, pour un total de 3,3 millions depuis le début de la pandémie. À ce jour, 37,3 % des Québécois ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

Au sujet du passeport vaccinal, Québec dit avoir tout en main pour offrir une preuve numérique de vaccination aux Québécois. Il s’agira d’un code QR qui pourra être présenté au besoin. À savoir si on le demandera pour avoir accès à certains services, le ministre Dubé attend toujours les recommandations du directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, sur la question.

Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Bilan à la baisse

Le Québec a rapporté mardi 797 nouveaux cas de COVID-19 ainsi que 15 décès supplémentaires. Ces nouveaux cas portent à 982 la moyenne quotidienne calculée sur une semaine. La tendance est ainsi légèrement en baisse. Avec 121 nouveaux cas, Chaudière-Appalaches connaît un léger regain dans le nombre de cas. La région demeure la plus touchée présentement, avec 26,4 nouveaux cas par 100 000 habitants. Elle est suivie par le Bas-Saint-Laurent, qui en rapporte 22,9. Les 15 décès rapportés mardi portent à neuf la moyenne quotidienne calculée sur une semaine. Celle-ci est légèrement en baisse par rapport à la semaine dernière. Le Québec observe une légère hausse des hospitalisations. On recense 594 personnes hospitalisées, soit six de plus que la veille. Du nombre, 155 se trouvent aux soins intensifs, soit quatre de plus. Bien que le nombre de personnes hospitalisées soit en hausse depuis deux jours, le bilan reste inférieur de 11 % par rapport à celui de la même période la semaine dernière.

Pierre-André Normandin, La Presse

La Santé publique voulait interdire des déplacements interrégionaux

La Direction générale de la santé publique recommandait au gouvernement Legault d’interdire les déplacements interrégionaux, « sauf en cas d’absolue nécessité », aux citoyens dont les régions sont visées par des mesures spéciales d’urgence. Cette recommandation n’a pas été suivie par Québec. Ce constat émane de la publication, mardi, des avis qui sont fournis par la Santé publique au gouvernement pour la prise des décisions concernant les mesures sanitaires. « Dans un souci d’applicabilité de la mesure, il a été décidé dans la cellule de crise d’appliquer la recommandation pour les déplacements des différents paliers vers les régions jaunes afin de les protéger au maximum du virus. Rappelons que des contrôles policiers aléatoires ont aussi été mis en place afin de faire respecter au mieux cette mesure », a-t-on précisé mardi au cabinet du ministre Christian Dubé. C’est la deuxième fois depuis le début de la crise sanitaire que Québec dévoile les avis écrits qui lui sont transmis par la Santé publique. Par le passé, le premier ministre François Legault a assuré qu’il suivait les recommandations formulées par la Santé publique ou qu’il y allait de façon encore plus sévère, par excès de prudence, s’il sentait que la situation le nécessitait.

Hugo Pilon-Larose, La Presse