(Ottawa) L’arrivée hebdomadaire de plus de deux millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech doit débuter cette semaine au Canada.

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne

Depuis la mi-mars, les compagnies pharmaceutiques Pfizer et BioNTech ont été en mesure d’acheminer chaque semaine au Canada environ un million de doses fabriquées dans une usine de la région de Bruxelles, en Belgique, mais ce nombre doit doubler à compter de cette semaine avant d’augmenter encore en juin.

Des doses doivent aussi provenir des États-Unis cette semaine, de l’usine de Pfizer située à Kalamazoo au Michigan.

Jusqu’ici, le gouvernement américain a imposé des limites à l’exportation de doses vaccinales afin que ses propres citoyens soient inoculés d’abord.

Rien de neuf n’a jusqu’ici été annoncé par le gouvernement du Canada sur l’arrivée des États-Unis de nouvelles doses du vaccin d’Oxford-AstraZeneca, qui n’a pas encore reçu l’approbation des autorités américaines de la santé.

La demande pour le vaccin d’Oxford-AstraZeneca a explosé au Canada depuis que des provinces ont abaissé à 40 ans l’âge d’admissibilité pour le recevoir ; au Québec, l’âge minimal a été établi à 45 ans.

Quant au fabricant Moderna, il doit envoyer au Canada plus d’un million de doses de son vaccin au cours de la prochaine semaine.

Les 300 000 premières doses de Johnson & Johnson sont arrivées au Canada la semaine dernière, mais les autorités fédérales n’ont pas encore donné l’autorisation de leur usage après qu’une quinzaine de millions de doses aient fait l’objet d’ennuis de production dans une usine du Maryland.

Santé Canada ne croit pas que les doses acheminées au pays aient eu un lien avec cette usine.

Dimanche, plus de 173 000 vaccinations avaient été faites au Canada, portant le total de doses injectées à 13 825 476.