Montréal est parvenu à ralentir la progression du variant au cours des dernières semaines. Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 est en baisse depuis deux semaines dans la métropole. La directrice régionale de la santé publique de Montréal, la Dre Mylène Drouin, s’en réjouit et estime qu’un « cocktail de facteurs » incluant l’identification rapide des variants, l’approche agressive devant chaque nouveau cas et la vaccination qui s’accélère a permis de ne pas être frappé trop fort par la troisième vague.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

« Les objectifs qu’on s’était mis ont été atteints. Le variant a pris sa place avec une progression lente […] On démontre que notre système de santé peut être très performant », dit la Dre Drouin. Difficile de dire quel facteur a permis à Montréal de bien se tirer d’affaire jusqu’à maintenant. Mais la Dre Drouin ne cache pas être « très satisfaite ».

Actuellement, 42 % des nouveaux cas de COVID-19 sont liés à des variants à Montréal. La quasi-totalité de ceux-ci sont du variant britannique (95 %). Environ 125 cas liés à d’autres variants ont été détectés depuis le mois de décembre. Deux cas du variant indien ont été confirmés chez des voyageurs, mais ceux-ci ont été identifiés et isolés rapidement et aucun autre cas n’y a été lié.

Avec les variants qui prennent de plus en plus de place, la Dre Drouin s’attend tout de même « à une certaine hausse de cas », dans les prochains jours. La Dre Drouin rappelle que Montréal est « plus vulnérable » de par son contexte urbain et incite la population à ne pas baisser la vigilance. Et ce, même si le couvre-feu passera prochainement à 21 h 30.

Plusieurs éclosions ont cours dans la métropole actuellement. Mais celles-ci contiennent « peu de cas », selon la Dre Drouin. Et aucun évènement de superpropagation n’a été enregistré depuis le début du mois de mars.

Une vaccination efficace

Dans les hôpitaux, 219 patients sont actuellement hospitalisés, dont 67 aux soins intensifs. Il s’agit d’une nette baisse par rapport aux 900 patients qui étaient hospitalisés au plus fort de la deuxième vague, note la PDG du CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Sonia Bélanger.

Celle-ci affirme que la vaccination va bon train à Montréal. Plus de 750 000 doses ont été administrées jusqu’à maintenant. L’objectif d’atteindre un taux de vaccination de 75 % est atteint pour les personnes de 60 ans et plus. Plus de 20 000 doses du vaccin d’AstraZeneca ont été distribuées jusqu’à maintenant. Mme Bélanger rapporte toutefois qu’il reste encore « des plages horaires de rendez-vous pour le vaccin AstraZeneca pour les personnes de 45 ans et plus ». Un total de 2200 nouvelles plage horaires pour ce vaccin ont été ouvertes cette semaine dans la métropole.

L’administration d’une deuxième dose de vaccin contre la COVID aux résidants des CHSLD de Montréal sera complétée à la fin de la semaine prochaine, soit le 8 mai. Les personnes vivant en résidence privée pour personnes âgées seront ciblées tout de suite après, bien que des deuxièmes doses aient déjà commencé à être administrées là aussi.

Selon Mme Bélanger, le décès annoncé hier d’une femme de 54 ans victime d’une thrombose après avoir reçu un vaccin d’AstraZeneca n’aura pas d’impact majeur sur la campagne de vaccination. « Ce que je répète, c’est le message des experts. Le 14 avril, Santé Canada a réitéré de nouveau que les bénéfices de la vaccination avec AstraZeneca surpassaient les risques. Et le 19 avril, le CIQ, le comité d’immunisation du Québec […] a été dans le même sens et a recommandé d’aller jusqu’à l’âge de 45 ans », dit-elle. Mme Bélanger mentionne qu’il n’y a pas actuellement un nombre de cas significatif de patients qui se présentent en salle d’urgence parce qu’ils auraient des symptômes suite à la vaccination par AstraZeneca. « Ça ne m’a pas été rapporté », dit-elle.

La vaccination des travailleurs de la santé s’est accélérée ces derniers jours à Montréal. En CHSLD, 68 % des travailleurs de la santé sont vaccinés et Mme Bélanger se dit « confiante » de dépasser le seuil des 75 %. Les deuxièmes doses du vaccin seront aussi administrées dans tous les CHSLD de Montréal d’ici le 8 mai.

La semaine prochaine, Montréal recevra 100 000 doses du vaccin Pfizer. Soit le double de ce que la métropole a reçu chaque semaine depuis le début de la campagne de vaccination. Plusieurs nouvelles plages horaires seront offertes à Montréal pour les groupes admissibles à la vaccination, a annoncé Mme Bélanger.

Avec La Presse Canadienne