(Ottawa) La Santé publique évoque un retour à la normale « mi-juillet, août » – dès lors que 75 % des Canadiens auront reçu une première dose d’un vaccin, et que 20 % auront reçu deux injections. Pendant ce temps, le Canada met toutes les chances de son côté pour les années à venir en achetant des dizaines de millions de doses de rappel du vaccin de Pfizer-BioNTech.

Mélanie Marquis
Mélanie Marquis La Presse

Il y a « une lueur d’espoir », ont tour à tour lancé l’administratrice en chef de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC), la Dre Theresa Tam, et son bras droit, le DHoward Njoo, qui avaient un air un peu plus guilleret qu’à l’habitude en dévoilant les dernières projections de l’épidémie de COVID-19, vendredi.

Le document évoque des scénarios de levée des mesures restrictives pour l’été.

« Je dirais quelque part à la mi-juillet, août », a prudemment avancé la Dre Tam.

Le relâchement estival qui se profile à l’horizon est largement tributaire de l’adhésion de la population à la vaccination : « Un fort taux d’acceptation de la première dose du vaccin permettra de déterminer s’il sera sécuritaire de lever les mesures restrictives de santé publique cet été », note-t-on dans la modélisation.

Les ingrédients du scénario optimiste d’un retour à la normale pour la belle saison : 75 % des Canadiens ont reçu une première dose d’un vaccin, 20 % de la population a été injectée deux fois… et tous continuent de respecter les consignes de santé publique.

Il faut aussi, bien entendu, que l’approvisionnement en vaccins se poursuive sans trop de turbulences.

Mais attention. Même avec un relâchement, « les mesures de distanciation physique, le port du masque, et autres mesures de protection individuelle, ainsi que les niveaux actuels de dépistage et de recherche des contacts, seraient maintenus », souligne-t-on dans le document de l’ASPC.

IMAGE FOURNIE PAR L’AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA

Projections des hospitalisations avec la levée des mesures sanitaires, selon deux scénarios de vaccination de l'Agence de la santé publique du Canada

Et rien n’est encore tout à fait acquis.

Car les variants plus contagieux sont très présents au Canada, et il faut donc demeurer vigilant.

La course entre la vaccination et les variants est « encore serrée », a averti le DNjoo.

Les prévisions à long terme démontrent qu’« il faut adopter des mesures strictes pour maîtriser les variants plus transmissibles pendant que la vaccination progresse », stipule-t-on dans la projection fédérale, dont les premières pages contenaient une donnée très encourageante aux yeux des autorités de santé publique.

Un Rt inférieur à 1

Pour la première fois depuis de nombreuses semaines, la valeur du Rt national a chuté en dessous de 1.

C’est ce chiffre qui est réjouissant, car lorsque le Rt demeure constamment inférieur à 1, l’épidémie est maîtrisée.

IMAGE FOURNIE PAR L’AGENCE DE LA SANTÉ PUBLIQUE DU CANADA

Évolution du Rt national depuis le début de l'épidémie au Canada

Les prévisions à court terme suggèrent une augmentation plus lente des cas, avec une légère accélération des morts : le nombre de cas cumulatifs est projeté entre 1,21 et 1,28 million d’ici le 2 mai 2021, et il est attendu que le nombre de morts oscillera entre 24 000 et 24 570, pour la même période.

Ottawa achète des doses de rappel

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé peu après que le gouvernement canadien a mis la main sur des centaines de millions de doses de rappel (booster doses) pour les années à venir en vertu d’une entente avec la pharmaceutique Pfizer.

« Nous avons conclu un accord avec Pfizer pour 35 millions de doses de rappel l’année prochaine, et 30 millions l’année suivante. Cet accord comprend des options pour ajouter 30 millions de doses en 2022 et 2023, et une option pour 60 millions de doses en 2024 », a-t-il détaillé en conférence de presse.

Le gouvernement est aussi « en pourparlers avec d’autres fabricants de vaccins » pour les doses de rappel.

Et on continue d’espérer qu’un vaccin soit conçu et produit ici même : vendredi matin, la société biopharmaceutique Medicago a annoncé avoir soumis son vaccin candidat contre la COVID-19 à Santé Canada, ce qui a eu l’heur de réjouir Justin Trudeau.

« J’aimerais féliciter la compagnie Medicago […] Ça démontre qu’on a du talent et du savoir-faire ici au Canada, et notre gouvernement va toujours être là pour encourager les scientifiques et l’expertise de chez nous », a-t-il souligné.

L’entreprise poursuit en parallèle la phase III des essais cliniques de son vaccin à base de plantes.