(Québec) La vaccination de la population générale contre la COVID-19 pourrait être ouverte à la fin mai, selon le ministre Christian Dubé. La prise de rendez-vous pourrait être possible au cours des prochaines semaines. Au sujet d’AstraZeneca, alors que l’appétit des Québécois s’essouffle dans le Grand Montréal, la Santé publique évalue la possibilité de l’offrir « à d’autres catégories d’âge », a-t-il dit.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, donne de l’espoir aux Québécois : la population générale pourrait être appelée à se faire vacciner d’ici la fin mai. De passage en Beauce, où la situation épidémiologique s’aggrave, le ministre a partagé ses prévisions avec les journalistes.

Il estime que la vaccination des groupes 8 et 9 - malades chroniques et travailleurs essentiels - pourrait être complétée entre la mi-avril et la fin mai. « Ce qui veut dire que vers la fin mai, on va être capable d’avoir réglé les catégories 8 et 9 et on va pouvoir passer à la population générale », a-t-il lancé. Selon lui, le groupe 8 et 9 représente environ un million de personnes.

« Et comme il nous reste quelque 200 000 vaccins d’AstraZeneca, ce qui n’était pas prévu, ça pourrait aussi nous permettre d’accélérer la population générale avant la fin mai si on réussit à vacciner nos gens avec le AstraZeneca qui nous reste », a ajouté M. Dubé.

Le Québec a reçu la semaine dernière une importante cargaison de 411 200 doses d’AstraZeneca. À cela s’ajoutent les 113 000 doses de Covishield (produit en Inde grâce à un transfert technologique d’AstraZeneca) reçues un peu plus tôt – qui ont été écoulées. À ce jour, quelque 287 000 doses d’AstraZeneca sont toujours en stock, a confirmé mercredi le ministère de la Santé et des Services sociaux.

« Je sais qu’on va être capable de vacciner fin mai, début juin [la population générale] et donc, j’aimerais ça donner ces rendez-vous-là au cours des semaines prochaines. Je pense que ça va encourager les gens de voir qu’on se rapproche d’une vaccination [de masse] », a illustré le ministre de la Santé, rappelant que le gouvernement Legault prévoit avoir vacciné tous les Québécois qui le souhaitent au 24 juin.

Le AstraZeneca pour d’autres groupes ?

Alors que le AstraZeneca semble moins populaire, notamment dans le Grand Montréal où les centres de vaccination sans rendez-vous sont peu achalandés, Christian Dubé a laissé savoir que la Santé publique pourrait élargir la vaccination avec ce sérum à d’autres groupes d’âge.

« La Santé publique est en train de regarder si on changerait les catégories d’âge pour le AstraZeneca », a-t-il lancé. « J’ai quand même des règles à respecter. C’est la Santé publique qui décide des catégories d’âge. Je vous le dis, on est sur le point, j’espère et je m’avance déjà beaucoup en le disant, mais il y a tellement de pression et il manque tellement de vaccins en ce moment que j’espère que la Santé publique va s’ajuster dans les prochains jours », a précisé le M. Dubé.

En Beauce, le AstraZeneca peine aussi à trouver preneur. Pour l’heure, le Comité sur l’immunisation du Québec et le Comité consultatif national sur l’immunisation ont suspendu la vaccination aux 55 ans et moins avec le AstraZeneca.

Santé Canada a réitéré mercredi sa confiance envers le vaccin. L’organisme fédéral a présenté une mise à jour canadienne des données relatives à AstraZeneca. Les conclusions seront soumises au Comité consultatif national sur l’immunisation qui fera ses recommandations dans les prochains jours, précisait mercredi la présidente du comité, la Dre Caroline Quach.