(Charlottetown) Les premiers ministres du Canada atlantique ont annoncé mardi qu’ils retardaient la réouverture de leur bulle régionale d’au moins deux semaines devant l’augmentation des cas de COVID-19 et la présence de variants plus contagieux.

La Presse Canadienne

Les quatre premiers ministres ont publié un communiqué de presse après avoir tenu une téléconférence, déclarant que la réouverture de la bulle serait reportée au 3 mai au plus tôt.

Ils disent que leur décision se base sur les « conseils d’experts des médecins-hygiénistes en chef de la région ».

Les premiers ministres se réuniront à nouveau à la fin du mois d’avril pour décider si la réouverture sera retardée encore davantage.

Plus tôt mardi, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, avait donné un indice de ce qui allait se passer lorsqu’il a annoncé que sa province réimposait des restrictions pour les voyageurs en provenance du Nouveau-Brunswick. À compter de 8 h jeudi, tous les visiteurs du Nouveau-Brunswick en Nouvelle-Écosse devront s’isoler pendant 14 jours.

Il a déclaré que sa province était préoccupée par la propagation potentielle de variants du virus au Nouveau-Brunswick à la suite d’une récente éclosion dans la région d’Edmundston.

« Maintenant, nous voyons des cas de variants à Saint-Jean et, plus inquiétant, nous voyons des cas faisant l’objet d’enquêtes dans la région de Moncton », a souligné M. Rankin.

La Nouvelle-Écosse signalait mardi six nouveaux cas de COVID-19 et compte maintenant 45 infections actives.

La « bulle Atlantique » avait été créée l’été dernier pour permettre aux résidants de toute cette région du pays de voyager entre les quatre provinces sans avoir à s’isoler pendant deux semaines à destination.

Le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, a déclaré mardi aux journalistes que sa province avait jusqu’à présent été épargnée par une troisième vague de COVID-19. « Mais il existe des données régionales au Canada atlantique qui deviennent de plus en plus préoccupantes chaque jour », a-t-il ajouté.

La directrice de la santé publique de l’île, Heather Morrison, ne signalait aucun nouveau cas mardi.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a suggéré aux journalistes plus tôt dans la journée que la réouverture de la bulle se produira probablement avant que tous les résidants de la province n’aient reçu au moins une dose de vaccin, ce qui devrait arriver d’ici la fin juin.

« La bulle Atlantique a été un succès et si on reprend le contrôle ici (au Nouveau-Brunswick), je ne voudrais pas attendre la fin du mois de juin », a-t-il dit à La Presse Canadienne.

Le Nouveau-Brunswick signalait mardi quatre nouveaux cas de COVID-19 : trois dans la région d’Edmundston, qui est en confinement, et un autre dans la région de Saint-Jean. Tous ces cas sont des contacts de cas déjà confirmés.

Une partie de la région sanitaire d’Edmundston, soit la ville elle-même et la région du Haut-Madawaska, est toujours en confinement strict. La santé publique a par ailleurs recensé une source possible d’exposition à Edmundston : à la Banque Nationale, rue de l’Église, les 8 et 9 avril.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le premier ministre Andrew Furey a admis qu’il surveillait lui aussi de près la situation au Nouveau-Brunswick. Les autorités sanitaires de Terre-Neuve-et-Labrador ont signalé mardi une nouvelle infection, portant le nombre de cas actifs dans cette province à 11.