(Québec) Québec élargira la vaccination aux 60 ans et plus partout à travers la province, dès jeudi. Des points chauds de la province, dont la Capitale-Nationale, le Bas-Saint-Laurent et Chaudière-Appalaches sont toujours en retard face à Montréal, alors que l’on vaccine toujours les 65 ans et plus à ces endroits.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

La prise de rendez-vous sera possible à partir de jeudi. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a confirmé la nouvelle lors d’une conférence de presse, mercredi à Montréal. Il était en compagnie du directeur de la campagne de vaccination au Québec, Daniel Paré, et du DHoracio Arruda.

Depuis le début de la semaine, Québec est talonné de toutes parts pour sa lenteur à écouler les doses reçues de vaccins contre la COVID-19, notamment à Montréal le week-end dernier.

Le gouvernement a défendu mardi sa stratégie et annoncé que la vaccination des personnes de 60 ans et plus serait possible partout dans la province d’ici la fin de la semaine. Québec a déjà promis d’envoyer 54 000 doses supplémentaires de vaccin dans les régions touchées par la pandémie, dont 20 000 au Bas-Saint-Laurent, en Estrie, en Chaudière-Appalaches et dans la Capitale-Nationale.

Lundi, les régions de la Montérégie et de l’Outaouais ont annoncé qu’elles amorçaient la vaccination chez les 60 ans et plus. À l’exception de Montréal et de Laval, la Côte-Nord et l’Abitibi-Témiscamingue étaient les seules autres régions à offrir la vaccination à cette clientèle. La Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent, qui ont basculé en zone rouge, vaccinent toujours les 65 ans et plus.

Le ministre Dubé disait la semaine dernière vouloir « rétablir l’équilibre » entre les régions et Montréal, où l’on a distribué plus de doses en mars pour ralentir la pandémie.

Le gouvernement a aussi annoncé mardi que les malades chroniques et les travailleurs essentiels seront les prochains vaccinés. Et les personnes de 55 ans et plus pourront dès jeudi se rendre dans des centres sans rendez-vous pour obtenir le vaccin d’AstraZeneca.

Pour les travailleurs essentiels, le ministre a confirmé mardi que les enseignants, les éducatrices en garderie, les pompiers et les policiers feraient tous partie de cette catégorie.

La Presse rapportait mardi que des policiers de Montréal ont déjà commencé à être vaccinés, notamment dans des sites du CUSM et du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, pour éviter que des doses restantes de vaccin soient perdues en fin de journée. On en aurait vacciné entre 125 et 150 depuis quelques semaines, selon la Fraternité des policiers et policières de Montréal.