Dès lundi, certaines personnes de moins de 60 ans qui vivent avec une maladie chronique et les travailleurs essentiels pourront commencer à être vaccinés sur l’île de Montréal.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

La prise de rendez-vous pourra débuter dès ce vendredi. Sont considérées comme malades chroniques les personnes qui se rendent régulièrement à l’hôpital pour recevoir des traitements ou pour consulter leur médecin. On pense par exemple aux personnes atteintes de cancer, aux gens en dialyse pour de l’insuffisance rénale, aux gens ayant reçu une greffe d’organe ou de moelle osseuse.

En tout, ce sont environ 150 000 personnes qui seront ainsi vaccinées à Montréal seulement. Les autres régions suivront rapidement, affirme le ministre de la Santé, Christian Dubé.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Le DHoracio Arruda et le ministre Christian Dubé

Les malades chroniques ne recevront pas leur dose dans des cliniques de vaccination de masse, mais plutôt directement à l’hôpital où des cliniques de vaccination spécialisées seront organisées.

Les personnes souffrant d’autres maladies chroniques, comme de l’asthme ou de l’hypertension, ou les personnes étant immunosupprimées ne font pas partie de cette catégorie et seront vaccinées avec les patients de 60 ans et moins.

Étant donné le nombre limité de vaccins disponibles, les malades chroniques présentant les plus forts niveaux de risques ont été priorisés, a expliqué le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda.

Au tour des professeurs

Toujours à partir de lundi, les travailleurs essentiels dont le lieu d’emploi est à Montréal pourront aussi prendre rendez-vous sur Clic santé dans une section spécifique pour se faire vacciner à Montréal. Ils devront fournir une preuve d’emploi.

Ce groupe, estimé à environ 150 000 personnes, comprend le personnel scolaire des écoles primaires et secondaires, le personnel des garderies et des CPE, les pompiers, les policiers, les gardiens de prison, les travailleurs étrangers temporaires, les travailleurs d’abattoir, les travailleurs miniers en régions éloignées et les travailleurs du milieu communautaire.

Sur les 500 000 personnes qui ont déjà été vaccinées à Montréal, 75 000 habitaient à l’extérieur de l’île, parmi lesquelles nombre de travailleurs de la santé.

« Ouvrir aux travailleurs essentiels, c’est un gain pour le Grand Montréal, ça nous permet de protéger nos milieux de travail », a souligné la directrice régionale de santé publique, la Dre Mylène Drouin, en conférence de presse mercredi. « On contribue aussi à faire avancer la couverture vaccinale du Grand Montréal ou du 450. »

Pour les 60 ans et plus partout au Québec

Le ministre Dubé a mentionné que le Québec entame « une nouvelle phase d’accélération » dans sa campagne de vaccination. Les 60 ans et plus de toutes les régions pourront prendre rendez-vous à partir de jeudi. Certaines régions vaccinaient toujours uniquement les personnes de 65 ans et plus.

M. Dubé précise toutefois qu’étant donné le nombre limité de vaccins disponibles dans certaines régions, les personnes n’obtiendront pas nécessairement un rendez-vous dans les prochains jours, mais parfois dans les prochaines semaines. L’objectif reste toutefois d’avoir complété la vaccination des personnes de 60 ans et plus d’ici la fin avril.

Dès jeudi à 8 h, les personnes de 55 ans et plus pourront aussi se rendre sans rendez-vous dans des cliniques de vaccination pour recevoir le vaccin d’AstraZeneca. Les personnes plus âgées, qui ont obtenu un rendez-vous en clinique de vaccination, mais qui estiment que leur date est trop éloignée, pourront aussi se rendre dans ces cliniques sans rendez-vous pour devancer leur vaccination, explique M. Dubé.

Québec espère ainsi écouler les 350 000 doses d’AstraZeneca qu’il a reçu ces derniers jours. Certaines régions comme le Bas-Saint-Laurent ou le Saguenay–Lac-Saint-Jean ne commenceront leur vaccination avec ce vaccin que vendredi en raison d’un délai de livraison.

En Abitibi-Témiscamingue, le vaccin d’AstraZeneca ne sera pas offert puisque le variant sud-africain y sévit et résiste à ce vaccin.

M. Dubé estime que les cliniques de vaccinations sans rendez-vous pour l’AstraZeneca se poursuivront jusqu’à dimanche. Le site de prise de rendez-vous de Clic santé sera ensuite ajusté pour indiquer dès la prise de rendez-vous quel type de vaccin sera administré aux patients.

Questionné à savoir pourquoi 72 000 plages horaires de vaccination étaient toujours disponibles mercredi matin pour tout le Québec, M. Dubé a expliqué que 32 000 de ces plages sont gelées pour la vaccination des travailleurs de la santé, qui se poursuit. Le reste se répartit entre les 17 régions de la province. M. Dubé a laissé entendre que Montréal a, par exemple, 2000 plages horaires disponibles pour jeudi, ce qui est selon lui « normal ».

Le directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré, a mentionné que 145 000 Québécois ont pris rendez-vous mardi.

Avec Ariane Krol