À qui le tour ? Après les personnes âgées de plus de 65 ans, voire de 60 ans dans certaines régions, la campagne de vaccination québécoise est sur le point de passer à un autre niveau. De nouveaux groupes d’âge seront appelés à prendre rendez-vous, confirme Québec. Et déjà, des dizaines, voire des centaines de milliers de plages sont disponibles dès cette semaine pour la vaccination contre la COVID-19.

Judith Lachapelle Judith Lachapelle
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, confirme que « certaines régions seront en mesure d’ouvrir [la vaccination] à d’autres groupes d’âge » dès cette semaine en raison des arrivages attendus dans la province. Québec distribue ces jours-ci quelque 34 000 doses supplémentaires aux régions les plus touchées par la pandémie.

L’Outaouais, qui doit recevoir 9000 doses supplémentaires, a annoncé lundi en fin de journée qu’elle ouvrait la vaccination aux 60 ans et plus. Les personnes nées en 1961 ou avant pourront prendre rendez-vous dès mardi. En soirée, la Montérégie a également ouvert la vaccination pour les 60 ans et plus. À l’exception de Montréal et de Laval, la Côte-Nord et l’Abitibi-Témiscamingue sont les seules autres régions à offrir la vaccination à cette clientèle.

La Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent, qui ont basculé en zone rouge, vaccinent toujours les 65 ans et plus.

Les autorités locales doivent annoncer « en temps et lieu » les nouvelles cohortes qui seront appelées, précise-t-on au cabinet de M. Dubé.

L’Estrie doit notamment recevoir quelque 7000 doses au cours des prochains jours, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, 6000 doses et le Bas-Saint-Laurent, 5000. Le ministre Dubé disait la semaine dernière vouloir « rétablir l’équilibre » entre les régions et Montréal, où l’on a distribué plus de doses en mars pour ralentir la pandémie.

Québec souhaite terminer la vaccination des trois quarts des 65 ans et plus en avril. Pour l’heure, plus de 75 % des 65 ans et plus, à l’échelle de la province, ont reçu leur première dose de vaccin « ou ont pris leurs rendez-vous », s’est d’ailleurs réjoui le ministre Dubé sur Twitter.

À Montréal, ce sont plus de 77 % des 60 ans et plus qui ont été inoculés ou qui ont obtenu un rendez-vous pour recevoir la première dose. À Québec, 91 % des personnes âgées de 65 ans et plus ont reçu une première dose ou ont un rendez-vous pour l’obtenir.

Approvisionnement en hausse

Selon Roxane Borgès Da Silva, il n’y a pas de temps à perdre. « Dès qu’on a atteint une cible de vaccination, il faut rapidement ouvrir à d’autres populations », dit la professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, qui se désole de voir des plages horaires qui ne sont pas réservées.

Depuis une semaine, le Québec a reçu tout près de 750 000 doses. C’est deux fois plus que la semaine précédente. Cette hausse s’explique principalement par la livraison des 340 000 doses du vaccin AstraZeneca prêtées par les États-Unis. Cette semaine, le Québec attend 300 000 doses de plus.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

La province compte ainsi actuellement 575 000 doses en transit dans le réseau et pourrait ainsi doubler le rythme de vaccination quotidien sans risque de rupture de stock.

Selon la liste des priorités proposée par le Comité sur l’immunisation du Québec en décembre, après les personnes âgées de 60 ans et plus, les prochains à être appelés seraient les personnes de moins de 60 ans qui souffrent d’une maladie chronique. Suivent ensuite les travailleurs essentiels qui sont en contact avec des usagers.

Avec Pierre-André Normandin, La Presse

Une plage près de chez soi

Des plages de rendez-vous disponibles au Québec, il n’en manque pas, a constaté Baptiste Laget au cours du week-end. L’informaticien montréalais a profité de son congé pascal pour bidouiller un site web qui révèle, quasi en temps réel, combien de plages horaires sont disponibles pour la vaccination, et à quel endroit. Lorsqu’il souhaite prendre un rendez-vous sur le site de Clic Santé, l’utilisateur doit d’abord choisir son lieu de vaccination en fonction de son code postal puis vérifier, pour chacun des endroits proposés, quelles sont les plages horaires disponibles. M. Laget présente la même information, mais différemment. À partir des données générées par le site de Clic Santé (mises à jour toutes les 30 minutes), il géolocalise les sites de vaccination et montre tous les endroits où des plages horaires sont encore disponibles, notamment à très court terme (le jour même ou le lendemain). Il faut ensuite se rendre sur le site de Clic Santé pour compléter la réservation. Ainsi, en fin de journée lundi, Stat Vaccin affichait que plus de 300 000 plages étaient disponibles pour la prochaine semaine à l’échelle du Québec, et plus de 3 millions au-delà de sept jours ! En Outaouais, par exemple, plus de 73 000 plages étaient disponibles lundi pour une vaccination dès cette semaine au Palais des congrès de Gatineau. D’ailleurs, le CIUSSS de l’Outaouais ouvrira mardi la vaccination aux 60 ans et plus. « Ce n’est pas là pour remplacer Clic Santé », précise celui qui est directeur technologique pour CloudRaker, une agence de marketing montréalaise. Il faut plutôt le voir comme un complément de Clic Santé, particulièrement utile pour faciliter la prise de rendez-vous chez les personnes qui n’ont pas de préférence entre un centre de vaccination ou un autre.

> Consultez le site Stat Vaccin