(Ottawa) Le Canada va recevoir près de 10 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech en juin. Les nouvelles apparaissent si encourageantes aux yeux de Justin Trudeau qu'il se permet de prédire que « beaucoup de gens » pourraient avoir reçu au moins une dose avant le début de l'été.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le fabricant s’est engagé à devancer des livraisons qui devaient initialement arriver plus tard dans l’été. Cela fera en sorte que le Canada recevra au mois de juin 9,6 millions de doses plutôt que 4,6 millions, a annoncé Justin Trudeau en conférence de presse, mardi.

À ces doses s’ajoutent celles des vaccins de Moderna et d’AstraZeneca, a noté le premier ministre, qui a fait la tournée d’une clinique de vaccination communautaire à Ottawa avec le maire de la ville, Jim Watson, un peu plus tôt en matinée.

Et en dépit du fait que la campagne de vaccination a été assombrie par une pause de l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca pour les personnes âgées de 55 ans et moins, en raison d’un lien possible entre le sérum et la formation de caillots sanguins (thrombose), le premier ministre se montre optimiste pour la suite des choses.

« Arrivés à la fin juin, on parle d'avoir plus que 40 millions de doses de vaccins au Canada, ce qui nous met en très bonne situation pour dire qu'avant la fin de l'été, tout le monde au Canada va pouvoir être vacciné avec les deux doses », a-t-il exposé.

Même que « dépendamment de comment les provinces distribuent ces vaccins, c'est possible que beaucoup de gens aient au moins leur première dose avant que l'été soit vraiment lancé », a fait remarquer le premier ministre.

Le Canada reçoit cette semaine les plus importantes livraisons depuis le début de la crise, avec 3,2 millions de doses, incluant les 1,5 million de doses du vaccin d’AstraZeneca qui arriveront par camion des États-Unis, mardi.

Au total, on parle ainsi d'un total de 9,5 millions de doses pour le mois de mars au lieu des 6 millions qui étaient projetées, s'est réjouie la ministre de l'Approvisionnement du Canada, Anita Anand, en conférence de presse virtuelle.

Elle a également signalé que les livraisons de l'autre vaccin approuvé par Santé Canada, celui de Johnson & Johnson, pourraient se mettre en branle à la fin du mois d'avril. Le calendrier précis des livraisons du vaccin à une seule dose reste cependant à déterminer, a indiqué la ministre Anand.

Pause d'AstraZeneca

Le premier ministre Legault a soutenu mardi en conférence de presse que la cible de vacciner l'ensemble des Québécois d'ici la fête nationale, soit le 24 juin prochain, demeurait réalisable, et ce, malgré la suspension de l'utilisation du vaccin d'AstraZeneca annoncée la veille.

Le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, avait émis des doutes à ce sujet en entrevue à La Presse, lundi soir.

Aucune thrombose liée au vaccin d'AstraZeneca n’a été déclarée au pays. Jusqu’à maintenant, 111 000 doses de ce vaccin ont été administrées au Québec — et environ 500 000 dans l’ensemble du pays. Le Québec a environ un millier de doses de ce vaccin en sa possession en ce moment.

Pâques et les variants

Dans son allocution d’ouverture, le premier ministre Trudeau a exhorté la population canadienne à faire une croix sur les rassemblements à l’occasion des célébrations pascales. Car les variants qui sont apparus dans le portrait viennent changer la donne.

« Il ne reste que quelques jours avant le début de la fin de semaine de Pâques. Et la Pâque juive a commencé samedi dernier. C’est maintenant la deuxième année de suite que ces célébrations se déroulent en temps de pandémie. Malheureusement, ça veut dire qu’il faut continuer de faire bien attention », a-t-il lancé.

Une statistique dévoilée par le sous-administrateur en chef de l'Agence de la santé publique du Canada, le Dr Howard Njoo, témoigne de l'accélération de la propagation des variants: le nombre de nouveaux cas a augmenté de 64 % au cours de la dernière semaine au Canada.

Il a dit redouter qu'il ne s'agisse là que de la « pointe de l'iceberg ».