La pression s’accentue sur le gouvernement Legault pour qu’il applique de nouvelles restrictions. Après plusieurs experts, c’est au tour du Collège des médecins du Québec (CMQ) de réclamer que Québec reconsidère ses récents allègements des mesures sanitaires, vu la croissance des variants.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Compte [tenu] de l’évolution récente de la pandémie, le CMQ demande au gouvernement de reconsidérer l’allègement des mesures sanitaires, pour tenir compte des signaux d’alarme et de l’avis de nombreux experts », a indiqué l’organisme dans un tweet publié en début de matinée, samedi.

Le Dr Mauril Gaudreault, président du Collège des médecins du Québec, affirme que la sortie de son organisme était nécessaire dans le contexte. « On entend bien que les citoyens sont préoccupés, les médecins aussi, par les signaux d’alarme et l’avis des experts. Nous demandons au gouvernement d’en tenir compte », a-t-il expliqué à La Presse.

Au Ministère de la Santé et des Services sociaux, on reste prudents pour le moment. « Nous suivons la situation de très près et n’hésiterons pas à resserrer les mesures si cela s’avérait nécessaire », indique l’attachée de presse Marjorie Larouche. De son côté, le cabinet du premier ministre rappelle que celui-ci fera le point mardi « quant aux mesures en place ». « Encore une fois, nous invitons les Québécois à respecter les mesures sanitaires en place », soulève le relationniste Ewan Sauves.

Vendredi, François Legault avait reconnu qu’on voit le « début d’une troisième vague », en indiquant qu’il y aura « une augmentation des cas et des hospitalisations dans les prochains jours ». « Pour l’instant, la situation reste sous contrôle. On ne change pas les mesures annoncées, que ce soit l’ouverture des écoles en secondaire 3-4-5 en zone rouge ou d’autres mesures comme les théâtres qui vont ouvrir », a-t-il déclaré.

Cela dit, le chef du gouvernement affirme qu’il n’exclura rien si la situation venait à s’empirer. « On va suivre ce qui se passe au cours des prochains jours. Comme à tous les mardis, on va prendre les décisions nécessaires. J’en profite pour demander à tous les Québécois d’être prudents. Le variant est extrêmement contagieux », a-t-il aussi avancé.

Des variants préoccupants

M. Legault réagissait ainsi à de nouvelles modélisations de l’Institut national de santé publique (INSPQ), qui a prévenu vendredi que les principaux variants représenteront plus de 50 % des nouveaux cas d’ici le début d’avril au Québec. Pour l’organisme, le constat est clair : les mesures en place sont insuffisantes pour ralentir ces nouvelles souches du coronavirus.

« Les mesures actuellement sont insuffisantes pour ralentir les variants. […] J’imagine que le gouvernement va devoir changer certaines décisions, pour ce qui est permis ce qui n’est pas permis », a notamment soutenu le médecin épidémiologiste de l’INSPQ, le DGaston De Serres.

Rappelons que le gouvernement Legault a autorisé jeudi un nouvel assouplissement pour les rassemblements dans les lieux de culte, qui peuvent depuis vendredi accueillir 250 personnes par bâtiment, y compris en zone rouge. Il y a trois jours, Québec annonçait aussi le retour en classe à temps plein des élèves de 3e, 4e et 5e secondaires en zone rouge, dès lundi. Les spas, les gyms et les salles de spectacles rouvraient aussi vendredi.