(Québec) Les élèves mi’gmaq de Listuguj en Gaspésie pourront réintégrer leur école secondaire de Campbellton, une fois vaccinés contre la COVID-19. Le Nouveau-Brunswick avait exclu une centaine d’étudiants autochtones de la « bulle atlantique » en octobre, une décision qui avait semé la controverse.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le gouvernement de Blaine Higgs autorise les jeunes mi’gmaq à regagner leurs classes, en personne, à compter du 6 avril prochain. Mais, l’ensemble des élèves de 16 ans et plus de Listuguj devront avoir été vaccinés au plus tard ce vendredi avant de réintégrer l’école secondaire Sugarloaf de Campbellton.

Les jeunes de Listuguj ont été contraints à l’école à distance l’automne dernier, alors que les étudiants du Nouveau-Brunswick avaient continué de fréquenter l’école secondaire en personne. Le chef de la communauté, Darcy Gray, y avait vu une force de « discrimination systémique ». Le ministre fédéral Marc Miller avait aussi vivement critiqué la décision.

La députée d’Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia, Kristina Michaud, du Bloc québécois avait également tenté de sensibiliser le gouvernement Higgs.

« Après avoir été bannis de la Sugarloaf Senior High School durant cinq mois, après avoir été privé de leurs amis et de leurs enseignants, je suis soulagée d’apprendre que les adolescents de Listuguj seront de retour sur les bancs d’école d’ici une dizaine de jours, en toute sécurité », a-t-elle déclaré.

« Il aura fallu cinq mois au gouvernement néo-brunswickois pour qu’il entende raison et qu’il comprenne que ces jeunes se sont sentis isolés et rejetés alors qu’ils ne demandaient qu’à retourner en classe. À plus d’une reprise, ils ont exprimé haut et fort leurs craintes de prendre du retard dans leurs matières et d’être désavantagés lors de la rédaction de leurs futurs examens », ajoute la députée bloquiste.

À l’époque, il n’était pas question pour le gouvernement Higgs de réintégrer les élèves de Listuguj tant qu’il n’y avait pas de contrôle à Pointe-à-la-Croix en Gaspésie pour « préserver l’intégrité de la bulle » atlantique. Or, les services essentiels étant maintenus, les jeunes de Listuguj pouvaient traverser la frontière pour aller travailler par exemple.

Listuguj organisera une campagne de vaccination pour les jeunes de 16 à 18 ans qui fréquentent l’école secondaire. La communauté affirme avoir pu obtenir une quantité du vaccin Pfizer. La livraison de la cargaison sera coordonnée avec les autorités de santé publique du Québec. Les communautés autochtones situées en régions éloignées font partie des groupes à vacciner en priorité.

Au ministère de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, on rappelle que le « mode d’apprentissage par rotation reste en vigueur, c’est-à-dire, la présence des élèves en classes une journée sur deux » jusqu’à avis contraire.

« Le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick tient à souligner la collaboration appréciée et fructueuse des responsables de la Première Nation de Listuguj pour gérer la situation difficile qu’il faut affronter depuis les derniers mois et s’adapter en conséquence », a-t-on indiqué.

Il n’y a aucun cas actif de la COVID-19 à Listuguj où un total de 27 cas ont été déclarés depuis le début de la pandémie.