(Ottawa) L’Agence de la santé publique du Canada prévoit dépenser jusqu’à 5 milliards en vaccins et autres traitements contre la COVID-19.

Mia Rabson
La Presse Canadienne

Les documents du budget fédéral montrent que 5,3 milliards ont été approuvés en décembre pour les vaccins et les traitements contre la COVID-19, qui comprend l’achat de doses et la recherche et le développement.

Le mois dernier, 5 milliards ont été transférés de l’exercice budgétaire en cours à 2021-2022, le prochain exercice commençant le 1er avril.

L’Agence de la santé publique du Canada a précisé à La Presse Canadienne qu’il s’agit « d’assurer la continuité du financement afin de correspondre au calendrier des paiements au fur et à mesure que les vaccins sont livrés ».

Seulement 6,5 millions des quelque 240 millions de doses de vaccin contre la COVID-19 que le Canada est assuré d’acheter seront livrées avant la fin mars.

Le mystère plane autour du prix que le Canada paie pour les vaccins, car les contrats avec les fournisseurs sont couverts par des clauses de confidentialité qui interdisent au gouvernement fédéral de dire combien il dépense pour chaque dose.

La ministre de l’Approvisionnement, Anita Anand, a déclaré en septembre que le Canada avait alloué 1 milliard aux vaccins après avoir signé des accords avec cinq entreprises pour 154 millions de doses garanties, ainsi que des options pour ajouter 108 millions de plus.

De plus, 220 millions ont été attribués pour acheter jusqu’à 15 millions de doses de COVAX, le programme international de partage de vaccins.

Peu de temps après, le Canada a ajouté 20 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca et 20 millions de plus de Medicago, qui est la seule entreprise canadienne du lot. Ni l’un ni l’autre n’a été inclus dans le milliard de dollars initial.

Depuis, le Canada a également doublé sa commande de Pfizer-BioNTech à 40 millions de doses, a fait passer sa commande de Moderna de 20 millions de doses à 44 millions et a acheté deux millions de doses supplémentaires du vaccin d’AstraZeneca produit au Serum Institute of India.

L’agence fédérale de la santé publique n’a pas précisé quelle part des 5 milliards irait aux vaccins par rapport aux autres produits pharmaceutiques liés à la COVID-19.

Les conservateurs ont des questions

La porte-parole conservatrice en matière de santé, Michelle Rempel Garner, a affirmé que la ministre de la Santé, Patty Hajdu, serait appelée à expliquer le financement la semaine prochaine lorsqu’elle comparaîtra devant le comité de la santé de la Chambre des communes.

« J’ai beaucoup de questions », a prévenu Mme Rempel Garner.

Elle estime que le secret entourant les contrats et les coûts n’est pas acceptable, puisqu’il est impossible de savoir si ce que disent les libéraux est vrai, dit-elle.

Les 500 000 premières doses de vaccin en provenance de l’Inde sont arrivées au Canada mercredi matin. Le Canada a également reçu plus de deux millions de doses de Pfizer-BioNTech et environ 630 000 doses de Moderna.

Aucun autre vaccin n’a été approuvé, mais la docteure Supriya Sharma, la conseillère médicale en chef de Santé Canada prévoit que le vaccin de Johnson & Johnson sera autorisé d’ici la mi-mars.

La ministre Anand a dit la semaine dernière qu’elle espérait fournir bientôt un chiffre mis à jour sur les dépenses du Canada en matière de vaccins.

« Nous continuons de nous assurer que nous avons le chiffre le plus précis possible avant de le fournir au public canadien », a-t-elle déclaré le 26 février.

Les prix aux États-Unis et en Europe

Certaines informations sur le coût par dose ont été publiées ou divulguées aux États-Unis et en Europe. Les États-Unis paieraient, en dollars canadiens, 40 $ la dose à Moderna, 25 $ à Pfizer-BioNTech, 4 ou 5 $ à AstraZeneca, 12 $ à Johnson & Johnson et 20 $ à Novavax.

Les prix européens, divulgués par inadvertance par un politicien belge sur Twitter, seraient, en dollars canadiens, 3 $ la dose pour le vaccin d’AstraZeneca, 13 $ pour Johnson & Johnson, 18 $ pour Pfizer et 27 $ pour Moderna.

Les États-Unis et l’Europe ont investi directement dans la recherche et le développement de bon nombre de ces vaccins, et on ne sait pas exactement dans quelle mesure cela affecte leurs prix par dose. Mme Anand a assuré que le Canada avait payé un prix « équitable » pour tous les vaccins qu’il avait commandés.