(Toronto) Les bureaux de santé publique de l’Ontario qui permettent maintenant aux citoyens plus âgés de planifier leur vaccination contre la COVID-19 ont fait état de milliers de réservations et d’un volume d’appels élevé, lundi, tandis qu’un site web provincial pour la prise de rendez-vous était testé dans six régions.

Holly McKenzie-Sutter
La Presse Canadienne

Les responsables locaux élaborent leurs plans de vaccination pour la population générale en fonction de leurs progrès auprès des groupes les plus prioritaires, dont les résidants des soins de longue durée.

Dans la région de York — où les personnes âgées de 80 ans et plus pouvaient commencer à prendre rendez-vous et à recevoir leurs vaccins lundi — les cliniques de vaccination avaient déjà réservé toutes les plages horaires à peine deux heures après le début de la prise de rendez-vous.

Un porte-parole a déclaré qu’environ 20 000 réservations avaient été effectuées dans cinq endroits de la région, notamment dans les villes de Markham, Richmond Hill et Vaughan. Patrick Casey a invité les citoyens à être patients avant que d’autres rendez-vous se libèrent.

Les cliniques devaient également offrir des injections aux personnes âgées de 80 ans et plus dans le comté de Windsor-Essex et aux personnes âgées de 85 ans et plus dans un hôpital de Hamilton.

La Ville de Hamilton a prévenu les résidants qu’ils pourraient faire face à de longs délais en raison du volume d’appels élevé sur sa ligne consacrée à la COVID-19.

« Si vous appelez pour prendre rendez-vous pour un vaccin contre la COVID-19 (85 ans et plus seulement pour le moment), soyez patients, car il peut y avoir des retards », a déclaré la Ville dans un avis publié en ligne.

La santé publique de Wellington-Dufferin-Guelph, qui a également son propre site de réservation pour prendre des rendez-vous pour les adultes de 80 ans et plus, a indiqué que ses lignes téléphoniques étaient à plein rendement lundi et a encouragé les gens à s’inscrire en ligne.

Un déploiement asymétrique

Le gouvernement provincial a annoncé son intention de commencer à vacciner les Ontariens âgés de 80 ans et plus à partir de la semaine du 15 mars, le jour même où il prévoit lancer son système de réservation de vaccins qui offrira un bureau de services et un portail en ligne.

Il a toutefois noté que le déploiement du vaccin sera différent dans chacun de ses 34 bureaux de santé publique.

Interrogée sur le manque de cohésion à l’échelle de la province dans le déploiement, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a fait valoir lundi que les bureaux de santé publique avaient la responsabilité de superviser les activités, car ils connaissent mieux leur région.

« Certains d’entre eux vaccinent déjà les personnes de plus de 80 ans qui vivent dans leur région. Je pense que c’est quelque chose que nous devrions célébrer et non dénigrer », a-t-elle soutenu.

Le gouvernement a procédé lundi à un « lancement en douceur » de son portail de réservation web dans six régions, avant son lancement à l’échelle de la province dans deux semaines, a confirmé une source gouvernementale à La Presse Canadienne.

Resserrement et allégement des mesures

Pendant ce temps, les restrictions ont également été resserrées, lundi, dans deux régions qui connaissent une hausse des cas, tandis que plusieurs autres régions sont un peu déconfinées. Les bureaux régionaux de santé publique de Thunder Bay, dans le nord-est, et de Simcoe-Muskoka, au nord de Toronto, connaissent une hausse des cas depuis quelques jours, en partie en raison de la transmission de variants plus infectieux du coronavirus.

Le gouvernement a appuyé sur le « frein d’urgence » pour ces comtés, qui passent en « zone grise », le plus élevé du plan de restriction à code couleur de cette province — mais avant le confinement général, comme à Toronto. En zone grise, les rassemblements à l’intérieur sont limités à 10 personnes, les restaurants ne peuvent ouvrir leur salle et les commerces « non essentiels » peuvent fonctionner mais à 25 % de leur capacité.

Par contre, sept autres régions sanitaires assouplissent les restrictions, à mesure qu’elles descendent d’un cran dans le code couleur. Ainsi, la région du Niagara est maintenant classée « rouge », alors que celles de Chatham-Kent, Middlesex-London et Southwestern passent au niveau orange ; Haldimand-Norfolk et Huron Perth passent au jaune et Grey Bruce retrouve le vert.

Les responsables de la santé publique ont fermé deux écoles de Sudbury au cours de la fin de semaine à cause d’éclosions. Le bureau régional de la santé publique conseille à tous les élèves et au personnel de l’école publique Jean-Hanson et de l’école publique Algonquin de se mettre en quarantaine et de subir un test de dépistage.

L’Ontario a signalé 1023 nouveaux cas de COVID-19 et six autres décès liés au virus.

De ce millier de nouveaux cas, 280 étaient recensés à Toronto, 182 dans sa banlieue de Peel et 72 à Ottawa. Le ministère de la Santé indique que 939 autres cas ont été résolus depuis le dernier rapport quotidien. Les données de lundi sont basées sur plus de 35 000 tests effectués.

Par ailleurs, 17 424 doses de vaccin ont été administrées depuis la mise à jour quotidienne de dimanche, pour un bilan total de 704 695 doses jusqu’ici. Depuis le début de la pandémie, on a enregistré en Ontario 301 839 cas confirmés de COVID-19, dont 284 283 ont été résolus ; on déplore 6986 décès liés au coronavirus.