(Québec) Le gouvernement Legault jette un peu de lest pour « accommoder les parents » pendant la semaine de relâche scolaire. Il donne le feu vert à la réouverture des cinémas en plus de permettre la reprise de certaines activités intérieures dans les régions situées en zone rouge. Le couvre-feu est maintenu à travers la province.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

À compter du 26 février, les cinémas partout au Québec pourront accueillir des clients. Le port du masque de procédure sera de rigueur et une capacité d’accueil sera fixée pour assurer une distanciation physique.

Il sera aussi permis de pratiquer des sports à l’intérieur. Les piscines et les arénas pourront rouvrir pour la tenue d’activités libres, en bulle familiale. L’heure n’est pas encore venue du retour des sports organisés comme le hockey. À l’extérieur, il sera possible pour huit personnes de se réunir. Cette limite était fixée à quatre.

« Pendant la relâche scolaire, il y a beaucoup de parents qui prennent congé, il y a toute sorte de réunions familiales et on ne voudrait qui se passe ce qui s’est passé pendant le temps des Fêtes », a expliqué François Legault. « Il faut être plus prudent que moins et il faut attendre avant de trop déconfiner », a-t-il prévenu.

Cependant, l’allégement des mesures sanitaires « donne une petite liste d’activités à faire pour occuper les enfants » pendant la semaine de relâche. Le premier ministre a aussi demandé aux entreprises d’être « accommodantes » avec les travailleurs qui ne peuvent pas prendre congé. « Ce n’est vraiment pas une bonne idée que les enfants se fassent garder par les grands-parents », a-t-il rappelé.

Les activités à nouveau permises à travers la province « sont à faible » risque, a assuré le DHoracio Arruda. Québec doit réévaluer la situation, mais le premier ministre a affirmé qu’il n’autorisait pas la réouverture des cinémas pour les refermer dans quelques semaines. « C’est pour de bon », a-t-il lancé.

Le couvre-feu est aussi prolongé pour la relâche. Une annonce sera faite le 2 mars prochain, pendant la semaine de relâche, pour préciser la suite, a aussi indiqué M. Legault. Même si ce n’est « pas idéal », il ne sera pas interdit de réserver un chalet ou une chambre d’hôtel dans une autre région à condition de rester dans sa bulle et le couvre-feu.

Québec n’ordonnera pas non plus l’installation de barrages routiers entre les régions en zone rouge et celles en orange.

On va demander aux policiers de surveiller de façon spéciale les endroits où il y a beaucoup de tourisme. Ça veut dire des hôtels, des chalets, oui, beaucoup d’activités. Le but, c’est de s’assurer que les consignes soient suivies, en particulier garder la même bulle familiale, respecter le couvre-feu.

Le premier ministre François Legault

Les rassemblements à l’intérieur demeurent interdits.

Les régions où la situation épidémiologique est stable devront patienter encore quelque temps avant d’envisager de basculer du rouge à l’orange, à l’exception de l’Outaouais qui passera à l’orange dès le 22 février. La situation est stable à Gatineau et Ottawa, a souligné M. Legault. La ville d’Ottawa est passée en zone orange ce mardi, ce qui entraîne entre autres la réouverture des restaurants.

Hausse des variants

Québec enregistre pour l’heure 16 cas confirmés de variants, mais un total de 86 cas est sous investigation. Même si ces échantillons n’ont pas encore été séquencés, le DArruda a bien assuré que les mesures de prévention sont prises comme si c’était des cas confirmés de variants du virus, qui sont plus transmissibles que la souche d’origine.

« Le variant, celui du Royaume-Uni notamment, est plus contagieux. Si on ne fait pas attention, le nombre de cas pourrait exploser en quelques semaines », a prévenu M. Legault. Le DArruda rappelle que « la chose la plus importante » avec les variants, « c’est l’adhésion aux consignes sanitaires ».

L’INSPQ doit d’ailleurs présenter mercredi la plus récente modélisation de l’évolution de la pandémie de la COVID-19 dans le Grand Montréal « en tenant compte des scénarios d’adhésion aux mesures sanitaires et en considérant l’impact potentiel d’un variant plus transmissible » comme celui du Royaume-Uni.

La COVID-19 en cartes et en graphiques

Voyez nos cartes des régions en zone orange et en zone rouge