Le Québec doit ralentir la cadence de sa campagne de vaccination contre la COVID-19 au moment où les nouveaux cas sont en forte baisse. Les décès continuent toutefois à être élevés.

Pierre-André Normandin Pierre-André Normandin
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Calendrier de vaccination à revoir

Les retards de livraison de Pfizer forcent Québec à revoir à nouveau son calendrier de vaccination. L’administration de la première dose du vaccin aux résidants des résidences pour personnes âgées (RPA), qui devait prendre son envol lundi, a ainsi été reportée. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, l’a confirmé lundi sur Twitter. « En raison du ralentissement dans les livraisons de Pfizer, la vaccination massive [en RPA] débutera dans la semaine du 8 février, en fonction des doses que nous recevrons », a-t-il indiqué. Québec devait amorcer la vaccination dans les RPA à compter du 25 janvier et administrer quelque 21 000 doses d’ici le 8 février. Ce volume avait déjà été revu à la baisse — on devait initialement administrer 36 000 doses d’ici le 8 février — lorsque Pfizer a annoncé de premiers retards à la mi-janvier. Quelque 9000 doses ont cependant pu être administrées à plus petites échelles dans certaines RPA, en région, grâce au surplus de plateaux de vaccin. Le Québec ne recevra aucune nouvelle dose du vaccin Pfizer cette semaine. Le fabricant a aussi informé Ottawa qu’il ne recevra qu’une fraction des doses prévues pour la semaine du 1er février. En revanche, Québec doit recevoir 47 400 doses du vaccin de Moderna la semaine prochaine. Le directeur de la vaccination, Daniel Paré, travaille à revoir le calendrier de vaccination, a-t-on indiqué lundi. Malgré ces changements, Québec maintient le cap d’avoir vacciné 225 000 personnes au 8 février.

Forte baisse des cas

Le Québec continue par ailleurs à observer une forte baisse des nouveaux cas. Ainsi, la province a enregistré depuis une semaine 1500 cas par jour en moyenne. C’est 40 % de moins que la moyenne de 2550 cas par jour observée durant les Fêtes. Au cours des deux dernières semaines, le Québec a effacé la hausse vécue en décembre. À noter, la tendance à la baisse se fait sentir dans toutes les régions du Québec, à une exception près : les Terres-Cries-de-la-Baie-James, où quelques cas sont récemment apparus. Reste que le nombre de cas par habitant demeure nettement plus élevé dans le Grand Montréal que dans le reste de la province.

Baisse des hospitalisations

Les hospitalisations connaissent aussi une tendance à la baisse depuis une dizaine de jours. Après le sommet de 1523 personnes hospitalisées enregistré le 13 janvier, le nombre a peu à peu diminué pour s’établir lundi à 1321, soit une baisse de 13 %. La tendance est aussi à la baisse aux soins intensifs, où 217 patients se trouvent actuellement.

Tous les groupes d’âge touchés

Les données compilées par l’Institut national de santé publique du Québec permettent de constater que les cas sont en baisse dans tous les groupes d’âge. C’est particulièrement marqué chez les 20 à 29 ans (- 28 %), qui avaient connu une forte flambée de cas durant les Fêtes. Mais c’est surtout chez les 70 ans et plus, les plus vulnérables face à la COVID-19, que l’on observe la plus forte baisse. Ceux-ci enregistrent une baisse de près du tiers (- 31 %) sur une semaine. La baisse est toutefois moins importante chez les moins de 10 ans (- 5 %). Rappelons que l’école a repris une semaine plus tôt au primaire qu’au secondaire.

Décès en hausse

Si les cas et les hospitalisations baissent, les morts ont toutefois continué à augmenter. Le Québec a rapporté 434 morts depuis une semaine, contre 360 la semaine précédente. Cette hausse est toutefois en partie due à des retards dans la transmission des données. C’est à Montréal où l’on déplore le plus de décès depuis une semaine : 153. Avec 66 décès depuis sept jours, le bilan est toutefois plus lourd par habitant dans la Capitale-Nationale. À noter, contrairement à la première vague, les décès ne se concentrent pas en CHSLD. Depuis deux semaines, le tiers des personnes ayant succombé à la COVID-19 vivaient à domicile, le tiers vivaient en CHSLD et un autre tiers, en RPA.

Baisse du taux de positivité

Depuis une semaine, le Québec effectue en moyenne 31 600 tests de dépistage de la COVID-19 par jour. Bien que ce soit légèrement inférieur à la semaine précédente, le fort recul dans le nombre de cas rapportés depuis une semaine a permis de pousser à la baisse le taux de positivité. Ainsi, 4,8 % des prélèvements réalisés depuis une semaine se sont avérés positifs. C’est la première fois depuis sept semaines que le Québec repasse sous le seuil des 5 % ciblé par l’Organisation mondiale de la santé. La province avait atteint un taux de 9,2 % dans la première semaine de janvier.

La COVID-19 en graphiques

Suivez la progression de la pandémie en temps réel dans notre page de graphiques interactifs.