Vegpro International, le plus gros producteur de légumes au Canada, est en proie à une éclosion de COVID-19 qui a infecté 66 de ses travailleurs dans son usine d’emballage de Saint-Patrice-de-Sherrington, en Montérégie, a appris La Presse. De ce nombre, 44 sont des travailleurs temporaires étrangers d’origine guatémaltèque.

Publié le 15 janv. 2021
Daphné Cameron
Daphné Cameron La Presse

Malgré la médiatisation de cette éclosion depuis plusieurs jours, tant l’entreprise que la Direction régionale de la santé publique de la Montérégie refusent d’en chiffrer l’ampleur.

C’est la deuxième fois que l’entreprise, qui commercialise notamment les barquettes de laitue Attitude, vit une éclosion importante. En mai, 25 employés y ont été infectés, dont 18 travailleurs étrangers temporaires.

L’usine, qui compterait environ 300 employés, est toujours ouverte. En entrevue avec le Journal de Montréal, jeudi, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet avait indiqué que l’usine ferait l’objet d’une ordonnance de fermeture, ce qui n’est finalement pas arrivé. Son cabinet n’a pas souhaité commenter le dossier.

Vendredi, un peu avant 16 h, la CNESST a publié un communiqué précisant que l’entreprise avait bel et bien fait l’objet d’une « visite surprise » jeudi en fin de journée.

« Les inspecteurs ont constaté aux endroits visités que les mesures de prévention sont en place dans l’usine et les aires communes. Ils ont donc autorisé le maintien de l’ouverture sous des conditions sévères cependant. Un protocole doit être respecté. Il doit y avoir un dépistage massif. On procédera à des vérifications à l’entrée et on refusera l’accès à tout employé infecté. Des surveillants et des caméras assureront le respect des mesures sanitaires », peut-on lire dans le communiqué.

De son côté, Vegpro International indique que trois recommandations ont été effectuées par les autorités en santé publique : « réajuster la disposition de la cafétéria pour éliminer deux endroits où la distanciation n’était pas optimale, renforcer la distanciation dans le secteur des casiers et renforcer que le port du masque qui était déjà respecté soit fait de façon optimale ».

Cause inconnue

Le premier cas serait survenu le 26 décembre, mais l’origine de l’éclosion est toujours inconnue.

Au Québec, quelques éclosions importantes de COVID-19 sont survenues au sein d’entreprises agricoles. Selon une compilation effectuée par La Presse auprès des directions régionales de santé publique, au moins 218 travailleurs étrangers temporaires ou saisonniers originaires du Mexique ou du Guatemala ont reçu un diagnostic positif à la COVID-19 entre mars et novembre. En Ontario, près de 600 travailleurs ont été infectés et trois en sont décédés.

Dans plusieurs cas, la promiscuité dans les logements des travailleurs a été montrée du doigt. Le gouvernement fédéral est d’ailleurs en train de revoir les normes d’hébergement pour ces travailleurs. Un sondage est présentement mené auprès des agriculteurs canadiens à cet effet.

« Au sujet des hébergements de travailleurs étrangers temporaires, nos installations rencontrent toutes les mesures sanitaires mises de l’avant par le gouvernement. Nous travaillons en étroite collaboration avec la santé publique sur tous les aspects de nos opérations », a écrit Luc Prévost, vice-président exécutif, ventes et marketing chez Vegpro International, dans un courriel.