Si le Québec observe actuellement une légère baisse des cas de COVID-19, laissant timidement présager des jours meilleurs, le coronavirus aura tout de même causé une surmortalité significative en 2020.

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Pierre-André Normandin Pierre-André Normandin
La Presse

Les derniers chiffres de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) révèlent en effet qu’il y a eu 72 385 décès au cours des 51 premières semaines de 2020. Les chiffres pour la 52semaine n’ont pas encore été rendus publics.

Si la tendance se maintient, le Québec aura probablement enregistré 74 000 morts dans toute l’année 2020.

Ce total est évidemment supérieur à ce qui était attendu avant l’arrivée de la COVID-19.

Au cours des cinq dernières années, les décès ont augmenté en moyenne de 1,7 % par année, en tenant compte à la fois de la hausse et du vieillissement de la population. Avec 72 385 décès sur 51 semaines, c’est 6,8 % de plus que ce qui était attendu pour l’année 2020.

Déjà, au début du mois de décembre, l’ISQ notait que « la pandémie de COVID-19 a eu une influence importante sur le nombre de décès enregistrés au Québec en 2020 ».

En valeur absolue, la COVID-19 a tué 8878 personnes depuis le 18 mars dernier, date où une première personne a succombé au coronavirus.

Sur une année complète, le virus aurait tué 11 680 personnes au rythme de 32 morts par jour. Ce qui fait de la COVID-19 la troisième cause de décès au cours de la dernière année au Québec.

Stabilisation en vue

Le nombre d’hospitalisations a continué à augmenter au Québec alors que la province a rapporté mercredi 63 morts supplémentaires et 2132 nouveaux cas de COVID-19.

Pas moins de 1523 personnes se trouvent à l’hôpital actuellement en raison de la pandémie, soit sept de plus que la veille. Du nombre, 230 sont aux soins intensifs, soit une personne de plus.

Bien que le nombre de personnes hospitalisées ait continué à augmenter cette semaine, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) s’attend à observer d’ici peu une stabilisation des nouvelles hospitalisations. Des 17 115 personnes infectées par le virus depuis une semaine, 821 sont à risque de se retrouver à l’hôpital. C’est légèrement moins que la semaine précédente, soit une baisse de 3 %.

Malgré cette stabilisation anticipée, « un risque de dépassement des capacités [réservées aux patients atteints de la COVID-19] d’ici les trois prochaines semaines reste toutefois réel » dans le Grand Montréal, note l’INESSS. En effet, plus de 80 % des lits désignés sont actuellement occupés.

Hors de la métropole, un léger déclin des hospitalisations est anticipé. Le risque de débordement y est ainsi jugé « faible ».

63 décès

Le Québec a rapporté jeudi 63 morts supplémentaires. La moyenne calculée sur sept jours s’établit actuellement à 45.

C’est à Montréal que l’on déplore le plus grand nombre de décès supplémentaires, soit 22. Le nombre de morts dans l’île a rapidement augmenté dernièrement dans la foulée de la flambée observée depuis décembre. Depuis une semaine, 76 personnes ont perdu la vie dans l’île en raison de la COVID-19.

La Montérégie rapporte également 12 morts, la Capitale-Nationale 10, Chaudière-Appalaches 5 et Laval 4. La région de la Mauricie et du Centre-du-Québec et les Laurentides déplorent trois décès, tandis que l’Estrie et l’Outaouais en déplorent deux chacun. Le Bas-Saint-Laurent rapporte pour sa part un mort.

Enfin, le Saguenay–Lac-Saint-Jean rapporte un décès de moins, les analyses ayant démontré que la cause n’était pas la COVID-19.

Les 2132 nouveaux cas rapportés jeudi s’inscrivent également dans la baisse observée ces derniers jours.