(Montréal) Le Conseil pour la protection des malades a fait parvenir une lettre à la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann et à la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, pour demander le respect des droits fondamentaux des résidants dans les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), tout comme dans les autres établissements de soins de santé.

La Presse canadienne

Dans la lettre datée du vendredi 15 mai, l’organisme indique voir reçu des centaines de plaintes de citoyens et des 200 comités d’usagers qu’il représente, dans les circonstances actuelles, faisant ainsi référence au confinement qui a été imposé aux aînés les plus vulnérables pour les protéger contre la pandémie de COVID-19.

Ces personnes réclament toutefois qu’on respecte leur droit à la liberté de mouvement, afin de pouvoir sortir d’un CHSLD avec les précautions requises et rejoindre leur famille.

Le Conseil pour la protection des malades demande aussi aux ministres McCann et Blais de s’assurer que les résidants soient nourris et hydratés convenablement, de ne pas les laisser avec une couche d’incontinence souillée durant des heures ou des jours et surtout de ne pas être abandonnés, de mourir seul.

Ces demandes auraient pu être inimaginables avant l’apparition du nouveau coronavirus, mais les deux derniers mois de pandémie ont démontré qu’il y a eu de telles situations malheureuses au Québec.

La lettre réclame aussi un environnement sécuritaire pour les proches aidants, en les soumettant aux mêmes mesures d’hygiène que le personnel soignant et en leur faisant passer un test de détection de la COVID-19.

Le Conseil pour la protection des malades souhaite enfin avoir de nouveau accès aux personnes qu’elle défend en raison de nombreuses informations sur de possibles cas de négligence et d’abus.