(Québec) François Legault affirme que le journal montréalais The Gazette a « une certaine responsabilité » pour les craintes possiblement plus élevées des anglophones envers le plan de déconfinement de son gouvernement.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Au point de presse de 13 h, mercredi, le premier ministre du Québec a offert cette réponse surprenante à un journaliste de CTV, qui lui demandait pourquoi un récent sondage de la firme Léger suggérait que « les non-francophones sont plus inquiets que les francophones concernant le déconfinement ».

« Je pense que les journalistes, vous avez une responsabilité, hein ? J’aime lire un certain journaliste du journal The Gazette, le spécialiste en santé, [Aaron Derfel]. Parfois, je suis vraiment en désaccord avec lui. C’est une question d’information », a dit M. Legault.

« J’essaie de faire de mon mieux en français et en anglais, alors je ne comprends pas pourquoi les résultats sont différents pour les francophones et les anglophones. J’imagine, peut-être, que The Gazette a une certaine responsabilité [dans tout cela] », a ajouté le premier ministre.

Cette remarque a rapidement fait réagir, à commencer par le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), le journaliste au Journal de Montréal Michaël Nguyen.

« Notre travail est de rapporter ce qui se passe dans nos communautés. Si des sondages démontre que les anglophones sont plus inquiets concernant la COVID-19, des gestes doivent être pris pour les rassurer plutôt que de blâmer les médias anglophones, [contrairement à ce que] le premier ministre Legault a fait aujourd’hui », a-t-il écrit sur Twitter.

The Gazette a également rapidement réagi, invitant ses lecteurs et François Legault à lire les nombreux reportages de Aaron Derfel. Ce journaliste a notamment été à la source des révélations chocs au début de la pandémie de COVID-19 concernant le drame qui s’est déroulé au CHSLD Herron, dans l’ouest de Montréal.

La rédactrice en chef du journal, Lucinda Chodan, a aussi répliqué en affirmant qu’elle « s’opposait fortement au commentaire du premier ministre François Legault à savoir que le journaliste spécialisé en santé, Aaron Derfel, incitait à la peur chez les anglophones. [Le journaliste] couvre des enjeux qui concernent tous les Québécois, peu importe la langue qu’ils parlent. »