La Ville de Montréal présentera vendredi son plan estival d’aménagement urbain qui impliquera la piétonnisation de certaines rues afin de s’adapter à la pandémie de COVID-19, et ainsi soutenir les commerçants.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Lors de la séance hebdomadaire du comité exécutif mercredi matin, la mairesse Valérie Plante a dit que « beaucoup de rues, y compris de grands axes routiers, seront sécurisées pour permettre la mobilité active » et aider les commerçants. Ainsi, les Montréalais pourront circuler à pied ou à vélo en respectant les consignes de distanciation sociale relativement à la crise sanitaire actuelle.

La mairesse Valérie Plante avait déjà annoncé les intentions de son administration il y a deux semaines. Ce sont les détails qui seront dévoilés vendredi. Il n’est toutefois pas précisé s’il s’agit d’aménagements temporaires ou si la visée de l’administration est de rendre permanente la piétonnisation de certaines rues sans qu’il y ait eu de consultations publiques sur la question.

Je suis très enthousiaste de présenter les ambitions de Montréal pour l’été.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Ce plan que la mairesse a qualifié d’« organique » va évoluer selon la situation de la pandémie et en fonction des recommandations de la Direction régionale de la santé publique de Montréal, a-t-elle précisé.

La semaine dernière, l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie-Petite-Patrie a pris les devants en annonçant la création de neuf « milieux de vie » afin de favoriser la circulation des piétons et des cyclistes, mais également les activités familiales dans la rue. L’annonce a été présentée dans une perspective de priorité donnée à la circulation locale. Ainsi, le trafic de transit sera redirigé vers certaines artères importantes.

Le maire de l’arrondissement, François Croteau, a indiqué que les aménagements pourraient être maintenus après la pandémie.

Des aménagements pour bouger

Par ailleurs, la Coalition québécoise sur la problématique du poids vient d’inviter le monde municipal à adapter l’espace public afin de favoriser un mode de vie actif. L’organisme suggère la transformation de rues résidentielles en espaces de jeux, la réduction de la circulation automobile dans certains quartiers ainsi que l’augmentation et l’élargissement des espaces pour piétons et vélos.

Les municipalités peuvent jouer un grand rôle de facilitateur, et ce, dès maintenant. Il s’agit d’une opportunité de revoir rapidement l’aménagement du territoire et de concevoir des milieux de vie plus sains et durables.

Corinne Voyer, directrice de la Coalition Poids

La Coalition dit s’inquiéter des effets possiblement néfastes de la pandémie sur la santé de la population et plus particulièrement celle des jeunes. « Avec le confinement qui perdure pour la grande région de Montréal, les inquiétudes liées à la reprise des activités dans les autres régions, les règles sanitaires qui restreignent plusieurs activités et le retour inégal des cours d’éducation physique et à la santé dans les écoles qui rouvrent, les occasions pour bouger demeurent très restreintes pour les enfants », souligne Mme Voyer par voie de communiqué.