Un candidat vaccin chinois qui figure parmi les plus avancés du monde contre la COVID-19 sera fabriqué à Montréal et testé au Canada. S’il s’avère efficace, le pays s’assure ainsi d’un approvisionnement pour les Canadiens.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

Le candidat vaccin Ad5-nCoV, basé sur une technologie canadienne, a été développé par l’entreprise chinoise CanSino Biologics en collaboration avec l’armée chinoise. Il fait partie de la demi-douzaine de vaccins potentiels contre la COVID-19 qui ont déjà commencé à être testés sur les humains. En Chine, une étude de phase I a déjà évalué sa sécurité et une étude de phase II visant à vérifier son efficacité est déjà en cours.

Encouragé par les résultats préliminaires en provenance de la Chine, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC), un organisme fédéral, a signé une entente avec CanSino Biologics pour que le candidat vaccin puisse être fabriqué et testé ici.

« Parmi la centaine de vaccins et même plus qui sont développés à travers le monde contre la COVID-19, il s’agit du candidat le plus avancé », affirme à La Presse Lakshmi Krishnan, directrice générale du Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine au CNRC.

Il a été impossible de savoir si des sommes d’argent sont impliquées dans l’entente entre le CNRC et CanSino. Il faut dire que les liens entre l’organisme fédéral canadien et l’entreprise chinoise ne datent pas d’hier. L’Ad5-nCoV est en fait un virus à ADN qu’on a modifié pour qu’il exprime l’antigène du virus responsable de la COVID-19. Il a également été manipulé génétiquement pour qu’il ne puisse se répliquer dans l’organisme. L’espoir est qu’en le présentant au système immunitaire, celui-ci développe des armes efficaces contre la COVID-19.

Les virus, qui ne sont pas vivants, doivent être fabriqués dans des cellules, qui font office « d’usines à virus ». Or, dans ce cas, l’usine est canadienne. L’Ad5-nCoV croît dans une lignée cellulaire appelée HEK293 développée il y a plusieurs années par le CNRC. L’organisme fédéral avait accordé une licence à CanSino en 2013 pour que l’entreprise chinoise puisse utiliser la technologie.

L’entente autorise maintenant donc le Canada à fabriquer l’Ad5-nCoV et à mener ses propres tests sur le candidat vaccin. La fabrication sera effectuée dans les installations du CNRC de Montréal, rue Royalmount. Une somme de 44 millions vient justement d’être débloquée par le gouvernement du Canada afin que ces installations de recherche correspondent aux bonnes pratiques de fabrication en vigueur dans l’industrie pharmaceutique et puissent ainsi fabriquer des vaccins ayant la qualité nécessaire pour être administrés à des humains.

Des tests dès le mois prochain

Si tout va comme prévu, les tests débuteront sur le sol canadien dès le mois prochain. Ils seront supervisés par Scott Halperin, directeur du Centre canadien de virologie et professeur à l’Université de Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Lui aussi a suivi les études chinoises avec beaucoup d’intérêt.

« L’étude de phase I a montré que le candidat vaccin est très bien toléré. Il peut y avoir des effets secondaires comme de la fièvre ou des douleurs au bras, mais on parle d’effets mineurs. Le but de la phase I n’est pas de vérifier l’efficacité du vaccin, mais on a quand même vu que les gens ont développé une bonne réponse immunitaire. Ce sont des résultats très prometteurs », dit-il.

Même si des phases I et II sont aussi prévues au Canada, le Dr Halperin affirme que les études préalables lancées en Chine accéléreront son travail.

Nous allons certainement construire sur ce qui s’est fait en Chine et ça nous permettra d’aller plus vite.

Scott Halperin, directeur du Centre canadien de virologie et professeur à l’Université Dalhousie

Si les phases I et II connaissent du succès, le spécialiste affirme qu’une phase III visant à tester l’efficacité du vaccin à prévenir la COVID-19 dans un véritable contexte d’infection sur une large cohorte de participants pourrait démarrer dès l’automne prochain.

Si tout va bien et selon un scénario qu’il qualifie de « très optimiste », le Dr Halperin affirme que le vaccin pourrait être offert commercialement d’ici 12 à 15 mois. « C’est basé sur le fait qu’on termine toutes les études cliniques. Il existe aussi la possibilité que les autorités réglementaires permettent une commercialisation d’urgence, ce qui raccourcirait le calendrier », dit-il. Le CNRC évoque un échéancier similaire.

Si le candidat vaccin fonctionne, le CNRC affirme que ses installations de Montréal pourraient fournir une certaine quantité de vaccins, mais qu’elles ne pourraient répondre à la demande de tout le Canada. « Il faudrait alors trouver une capacité de production supplémentaire », dit Rhonda Kuo Lee, gestionnaire de projets au Centre de recherche en thérapeutique en santé humaine du CNRC.

« Nous étions déjà en collaboration avec nos partenaires de CanSino depuis des années et notre équipe de scientifiques est vraiment motivée à contribuer à trouver une solution potentielle contre la pandémie actuelle, dit Mme Kuo Lee. On travaille aussi vite que possible, et entre les deux pays qui ont 12 heures de différence, c’est vraiment en activité 24 heures sur 24. »