(Ottawa) Après s’être fait reprocher ces dernières semaines de laisser les aînés en plan en distribuant des milliards de dollars en aide financière, le gouvernement Trudeau vient à leur rescousse avec un soutien pouvant atteindre 500 $.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le gouvernement fédéral versera un paiement unique et non imposable de 300 $ aux aînés admissibles à la sécurité de vieillesse (SV), et 200 $ additionnels pour les personnes âgées qui sont admissibles au supplément de revenu garanti (SRG), a annoncé mardi la ministre des Aînés, Deb Schulte.

L'aide rejoindra 6,7 millions d’aînés à travers le pays; 2,2 millions d'entre eux devraient se qualifier pour le montant maximal de 500 $. « C’est une annonce très importante », a insisté à ses côtés le président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos.

Il a justifié le choix d'opter pour de l'aide ponctuelle plutôt que pour des hausses mensuelles, comme le réclamaient des groupes de défense des aînés, par le fait que des petits montants n'étaient pas appropriés pour le moment, invoquant le « contexte d'urgence » lié à la pandémie de la COVID-19.

Le ministre Duclos a dit espérer que les personnes âgées verront la couleur de l'argent « dans les prochaines semaines ». À cette mesure s'ajoute par ailleurs l'injection de 20 millions de dollars au programme Nouveaux Horizons pour les aînés.

La facture totale du plan d'aide est évaluée à 2,5 milliards de dollars.

« Le confinement pèse lourd sur les aînés »

Lors de sa conférence de presse quotidienne, le premier ministre Justin Trudeau s'est réjoui de cette action gouvernementale, car « les défis que pose la pandémie pour les personnes âgées ne se limitent pas juste à ce qui se passe dans les résidences ou les CHSLD », et « le confinement pèse lourd sur les aînés ».

Il n'a pas écarté que cette mesure ponctuelle pourrait être prolongée si la crise perdurait, et il a également tenu à mentionner dans son allocution devant Rideau Cottage que le fédéral serait là dans le futur pour appuyer les provinces à se remettre de ce qui s'est joué dans les résidences et centres de soins pour aînés.

« Depuis le début de la crise, on a été témoins de scènes déchirantes dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées à travers le pays. Des préposés débordés. Des résidences surchargées. Des familles endeuillées », a regretté Justin Trudeau.

« Ces établissements sont confrontés à des défis importants et au cours des prochains mois, le gouvernement fédéral sera présent pour aider les provinces à les relever », a-t-il affirmé, sans toutefois spécifier quand, ou comment, le soutien promis se matérialisera.

Tout au plus le premier ministre a-t-il réitéré qu'il ne revenait pas au fédéral de trouver les solutions.

Une aide suffisante ?

Les partis d’opposition, le Bloc québécois en particulier, tapaient du pied depuis un bon moment face à la lenteur du gouvernement à présenter un plan d’aide financier pour les personnes âgées. Il y avait eu les travailleurs, les étudiants, les petites, moyennes et grandes entreprises, mais pas les aînés.

A priori, l'annonce du gouvernement a semblé satisfaire le chef bloquiste, Yves-François Blanchet.

« Je félicite avec sincérité le gouvernement d’Ottawa pour avoir accepté la demande légitime des aînés, portée par le @BlocQuebecois, et avoir ainsi fait du bien beaucoup, beaucoup de Québécois. Et beaucoup de Canadiens », a-t-il écrit sur Twitter, mardi.

Au Nouveau Parti démocratique, le porte-parole en matière d'Aînés, Scott Duvall, s'est réjoui « qu'enfin le gouvernement ait reconnu que les aînés du Canada ont besoin d'aide pendant la pandémie », mais s'est dit « très déçu de la réponse annoncée aujourd'hui », qu'il juge trop timide.

« Le versement d'un paiement unique indique que le gouvernement considère que la pandémie ne durera qu'un mois. Comment les aînés vont-ils faire face à l'augmentation de leurs charges dans les mois à venir ? », a soulevé l'élu dans une déclaration transmise à La Presse par son parti.

« Une occasion manquée », dit la FADOQ

L'annonce d'Ottawa laisse toutefois la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ) sur son appétit. Le réseau avait enjoint les libéraux à respecter leur promesse électorale de rehausser de 10 % le montant des prestations de la SV, et demandaient une bonification de SRG à hauteur de 50 $ par mois, par aîné.

L'organisation estime que le gouvernement de Justin Trudeau « manque une occasion d’améliorer les conditions de vie des aînés à long terme, et ce, à plusieurs niveaux », et se demande pourquoi l'aide maximale de 500 $ « n’a pas été mise en place de façon permanente ».